• coucou rou,

     

    Voici la chronologie de nos randos faite durant cette huitième saison.

    Plusieurs confinement, et couvre feu, nous auront perturbé.

    Mais c'est aussi l'année de ma consolidation comme écrivent les médecins.

    J'accepte le mieux gagné en espérant des mieux futurs.

    La marche me fait avancer sans reculer, et pas à pas, dimanche après dimanche je m’éloigne du quotidien.

    Bien entouré, accompagné, et aimé, ma vie se groupe autour de mes rêves.

    Je fini cette saison dans la folie de mon rêve, Balader des alpagas.

    Merveilleusement encourager par le groupe, je pense concrétiser cette folie bientôt.

    Une aventure à suivre la prochaine saison.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Début octobre 2020 la première sortie

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     De St Jean de la blaquière aux deux vierges sans oublier le diable rouge

    17 km pour 500 m de dénivelé.

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Du-vissou-à-la-chapelle-un-parcours-dans-les-genets-scorpions

     15 km et plus

     

     

     

     

     

     

     

     

     saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De-st-michel-d-alajou-au-roc-midigou

    16 km pour 400 m de dénivelé.

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les gorges en écharpe d'automne 

     13 km pour 500 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Massebiau et les grottes roses

    12 km pour 800 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Massebiau et la baume du Roubelier 

     8 km pour 450 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Petite boucle de la Roque St Marguerite

    5 km pour 260 m de dénivelé.

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au proche de l'antenne de roquesquatres

    12 km pour 550 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la blaquererie à la Salveta du Larzac

    17 km pour 260 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Roque St Marguerite et les corniches

    14 km pour 550 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Autour de St Véran

    14 km pour 600 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au-dessus du pont des Fournets

    13 km pour 550 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    St Sauveur du Larzac du Nord au Sud

    14 km pour 550 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Oppidum au dessus de Lodeve

    13 km pour 600 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le pic de Vinas pres de Lodève

    13 km pour 350 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au dessus des Cuns du Larzac

    15 km pour 600 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

    16 km pour 350 m de dénivelé.

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     Du pont de St Rome au Viala du Tarn

    15 km pour 600 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Deux boucles à Salles Curan

    15 km pour 350 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Versols la grimpe du mont-grand

    17 km pour 450 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    St Rome de Dolan de petites boucles qui s'allongent pour certains

    14 km pour 380 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la Cresse aux avens

    16 km pour 550 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Cougouille et la Cledelle

    16 km pour 350 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un cercle sur le Larzac

    16 km pour 250 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les buttes de Fontaneilles

    12 km pour 600 de Dénivelé

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

    17 km pour 600 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un huit à Vissec

    17 k pour 560 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe à Laulo et regarde le Salagou de haut

    17 km pour 300 m de déniveler

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

    17 km pour 430 km de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

    18 km pour 560 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivdsaison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'Aiguillon au cirque de St Baulize

    21 km pour 450 m de dénivelé

     

     

     

     

     

     

     

    saison 2020-21 sous la codivd

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Col de Bonnecombe les patures d'Aubrac

    17 km pour 450 m de dénivelé

     

     

     32 sorties dont chacune d'elles nous a laissé l’impression d'avoir fait la plus belle.

     

    432 km pour 14650 m de dénivelé.

     

    Rendez vous cet automne, pour de nouvelles aventures.

    bon été à toutes et tous

    bizs

    Lolo


    votre commentaire
  •  

    coucou rou,

    dimanche 13 juin 2021,

    C'est la clôture de notre huitième saison de marche.

    Cette année il n'y a pas de brevet du randonneur .

    On ne finira pas dans l'ambiance sympathique d'une journée découverte du causse

    organisée par Lo Bartas.

    -" aller sur les sommets de l'Aubrac ce serait bien pour finir au frai" propose Pascal.

    Il aime l'Aubrac, ses grands espaces.

    Même ficelé de barbelé, ce plateau offre la liberté de voir et de marcher au loin.

    C'est une terre de contraste avec celles qu'il l'entour.

    Zone acide, cernée de calcaire, haut plateau limité par de profondes vallées .

    Un climat de montagne voir haute montagne, qui touche le méditerranéen.

    Peu de foret, surtout une prairie riche et colorée. Une moisson de fleurs qu'il est difficile d'imaginer.

    Et puis en estive, la vache Aubrac y est la reine, celle qui maquille son regard comme une star .

    Les troupeaux sont en grande pâture, comme libre et sauvage.

    Le taureau attentif, les jeunes veaux craintif, et les mémères curieuses.

    Les approcher donne le frisson, un mélange de peur et d'envie.

    Allons vers l'impossible, marcher en plein soleil le jour le plus chaud tout en gardant une polaire.

     

    On se retrouve au col de Bonnecombe voir les liens pour les infos.

    https://www.aubrac-sud-lozere.com/category/ete/

    https://www.visit-lozere.fr/incontournables-en-aubrac/col-de-bonnecombe

     

    Une nouveauté, les glacières restent dans les coffres.

    -"j'ai un poulet rôti pour ce soir"

    -"moi, c'est bières et fouace"

    discutent les ami e s, et un grand rajoute :

    -"ha mais j'ai rien prévu, c'est quoi cette histoire de repas"

    -"j'ai pris du fromage", "he j'ai du vin" ... le menu se complète.

    Nous avons l'intention de rester après la rando pour un piquenique tardif.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    17 km pour 450 m de dénivelé.

    J'ai pioché la trace sur le net, pour grimper au signal de Mailhebiau, le sommet de l'Aubrac.

    -"1469 m, au dessus de ma tête on passera les 1470" je souris.

    Quelques voitures sont là, certaines pour la pêche des truites, et  d'autre pour la marche.

    Le vent passe du nord, il rafraichit bien, le soleil chauffe juste, c'est parfait.

    C'est la canicule dans les vallées, on a le luxe d’être bien.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est un monde à part. Il semble plat, et grimpe quand même.

    les forets sont champignons dans les près, l'air léger essouffle presque.

    -"On est comme en bord de mer, bien au bon air en plein soleil" on se dit la réflexion.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici le petit lac des pêcheurs, d'ailleurs une truite se débat en surface, un enfant vient de la ferrer.

    C'est tranquille, sans bruit, les gens calmes, les couleurs elles même sembles en paix.

    Une harmonie généreuse qui offre une vision idyllique.

    -"là des tables sous les arbres, on pourra y aller après" remarque l'ami.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Maixent en tête, la rando file trop vite pour moi,

    je tourne et retourne les yeux, regarde déjà le peu grimpé, et les reflets du ciel.

    Les pensées sont partout sauvageonnes, surtout dans l'herbe en pétales bleus.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

    Une colline derrière la forêt, on y va gaillard, mené par l'ami qui connait bien, mais en hiver.

    -"avec la neige, on passe au dessus des clôtures" se rappelle Marinou.

    Chantal me parle de journée d'été à pêcher , on marche entre les saisons au milieux des belles fleurs.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je pose le genou, clic une Orchis, deux pas pose genou, clic encore , ainsi de pas en pose

    j'avance peu.

    Je pense reconnaitre l'Arnica, mais non, c'est le Séneçon Doronic me dit le livre .

    Les raiponces ici font des épis au dessus des autres.

    On s'interroge aussi devant les toupets roses qui ondulent joliment.

    L'ordi me dit qu'il s'agit de Renouée Bistorte.

    Du fait de son rhizome tordu en forme de serpent il lui est attribué des propriétés anti venin, sans garantie.

    Le groupe se réuni est m'attend , je flâne comme les mouches qui butinent sans relâche.

    Je ne vois pas d'abeille domestique, quelques bourdons, des charpentières, et des papillons.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tien un bloc de granite, posé là par un glacier.

    le premier troupeau est là aussi, ainsi que le premier saut de clôture.

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Facile un pass est aménagé pour éviter d'ouvrir la clède est risquer de ne pas la fermer.

    Bienvenue le marcheur curieux de voir ce pays.

    Pour le début de la rando, nous sommes libres, on avance dans les près à vue, sans contrainte.

    Une croix pointe à la crête, on décide d'y aller.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vaste la grimpe étale la vue depuis notre départ. Proche de l'antenne à droite.

    A peine 2 km de fait et l'horizon désigne notre début de marche.

    Face au vent je souffle la pente, regarde la croix, avec dans la tête le sentiment d'être en dehors du monde.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    D'ici les Causses paraissent loin et bas, tout semble plat, élevé au dessus du reste, comme un paradis réservé aux vrais.

    Venez marcher sur l'éden fleurit, pour trouver des vérité essentielles qui parfument l’âme de sentiments oubliés.

    c'est un lieu qui nettoie, transforme, et bouleverse celui qui se laisse émouvoir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On c'est un peu écarté de la trace prévue , un saut de clôture s'impose.

    Pour certaine c'est passage commando en suivant le chef rase motte.

    On s'oriente vers le buron du Rajal, un petit amas de rochers l'entoure.

    En liberté bucolique on cherche le GR.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous voila sur la piste du buron, étrangement on est comme enfermé, piégé par les barbelés des pâtures.

    Encore une contradiction de l’Aubrac, c'est dans les champs clôturés que l'on se sent libre.

    Sur les pistes le sentiment de passer à coté du monde sans pouvoir l’atteindre, laisse un gout d'impuissance.

    Mais c'est quand même trop beau pour être déçu.

    Devant nous le Signal pointe le dos rond.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Signal_de_Mailhebiau

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour une fois, c'est moi qui sonne la faim.

    Brigitte en avant ne semble pas espérer une pause.

    Presque dernier, je prend les devants pour demander pitance.

    -" au dessus du buron, dans les rochers trouves nous un joli coin pour manger" interpelle Michel.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elles suivent l'homme élégant, dans l'envoutant parfum du Narcisses des poètes,

    Il est trouvé le salon parfait, juste aéré, belle lumière, douce vue, enfin un pose fesses digne du plateau.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Belle vue sur la Margeride, un autre plateau à connaitre en été.

    C'est repos, repas, ronflette. les trois R fait dans l'ordre.

    C'est trop cool s'étaler sans ombre, sous le vent rafraichissant.

    La terre peu s’arrêter là, on a fini de tourner pour un moment, le temps est a rien faire.

    Les 4 km fait sortent des jambes doucement, à la façon des sources d'ici.

    Un filé d'eau qui part tranquille d'une touffe d'herbe, pour vagué bien plus loin en cascade dans les vallées.

    L’apéro chante presque, que l'on rit de choses qui ne me reviennent plus.

    C'est un rêve qui me reste, de ceux qui laisse un plaisir irréel même sans souvenir précis .

    Je me souviens d'un long temps tranquille, salé entre les gorgées de muscat,

    pour continuer en délices variés jusqu’à la méditation lumineuse.

    La fin de cet épisode, nous lève lourdement pour reprendre les sacs allégés.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Signal est donné en objectif, la pente digère facile, une vesse des près joue la pétanque blanche.

    Le jour continue vert fleurit.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on laisse bien vite le buron dans ses rochers.

    commence l'aventure du toit de l'Aubrac.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on monte sans le voir vraiment, seul le cœur manque un peu de souffle.

    L'altitude, et la pente invisible.

    l'avance est libre, comme une vache qui passe l'été, un autre buron pousse là bas.

    Les sauvages pensées prennent une belle place. c'est un régal.

    Rien en vue qui brise le tendre, juste un contact entre ciel et terre.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    le beau temps se repose ici, épousant les nuances du sol fertile, bercé par les sonnailles des belles.

    On est sur le lit des dieux paresseux, on profite sans crainte puisqu'ils ont perdu la clé de leur chambre.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe les sources du Bés, longue rivière qui commence ici.

    https://www.fousdetoc.com/2020/06/15/au-milieu-de-laubrac-coulent-des-rivieres/

    un lien pour les pêcheurs.

    Un milan royal nous escorte un moment, il plafonne bas, serre les ailes dans le vent pour ne pas bouger.

    C'est un spectacle surprise que l'on apprécie.

    On approche du sommet reste une grimpette.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La papote va bon train, entre filles on blague aussi vite que l'on pense.

    Je stop pour montrer notre monté, le buron du repas semble bien bas.

    Ici tout s’atténue, s’arrondit pour ne pas blesser, c'est un monde l'air de rien qui vous porte au loin.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'ami roule dans les pensées, nous autre on laisse l'allonger faire l'enfant.

    Mailhebiau nous regarde, l'herbe est presque bleu, faute au narcisses qui tachent en blanc.

    C'est un coin de fou, qui ouvre les yeux sur tout le monde qui l'entour.

    il n'y a rien qui coupe le regard, à part les vaches.

    et à voir le sol on comprend que le fromage soit parfumé.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    la table marque le signal, il faut bien un repère sur ce toit presque plat.

    les yeux à 1470 m je photo la groupe en vrac. L'un dort presque, certains tournent encore

    et les autres écoutent le mouvement.

    j'adore cette sensation de voir les facettes du pays.

    Entre le rochers posé qui ne se réveil pas, les vaches attentives, et les mouches qui butinent.

    On est adopté, mère terre nous a reconnu d'ici, filles et fils d'Aubrac nous sommes.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

    je vois le Sud, d'Est en Ouest, de l'Aigoual au plomb de Cantal , et devant les causses.

    Juste là, a porté de voile, je pense à Mickaël, qui pourrait m’apprendre à planer.

    Une voile, trois petit pas de course, et le vent qui porte, je serai avec le milan , roi de mon monde.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le poème est inscrit sur la table, je ne rajouterais rien de plus

    Lire le poème De Mailhebiau

    je repart transformé, comme épuré, léger.

    Et comme par logique on arrive aux vaches. Les mémères lavent leurs jeunes.

    c'est touchant. je m’approche timide, passibles elles nous acceptent.

    Une petite pause toilette qui nous fait du propre à l’âme.

    C'est pas si courant de pouvoir rincer son cœur en eau douce. J'aime ces doux moment suspendu pour rien.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    pensée sauvages, ou des Vosges j'en perd la tête.

    on quitte la butte pour aller en bordure.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le plateau fini en vallées nombreuses qui collent vers le Lot: Les Bouraldes

    On arrive devant une, le sentier va suivre la bordure imprécise du plateau.

    Une rousse ne bouge pas, une femelle, elle a des granules perlés sur le flanc.( merci au delachaux)

    On trouve le deuxième boule blanche.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lascko chauffe, rase motte et poilue elle ne profite pas du vent du nord.

    La piste passe au sud, le soleit tape vraiment. elle s'étale sans pouvoir nager.

    Un autre visage du plateau commence, entre champs et arbres, ou coulent les sources.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les chemins viennent du Lot, et se rencontre en estive.

    On est sur le retour face à la combe haute, presque 10 km de fait.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Exposé sud la gentiane commence de fleurir, saute barrière et on sort de la piste barbelé.

    nous voila libre en plein champ de vache, sans le savoir.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le champ chante, stridulent les mâles grillons sous les pensés.

    On grimpe un peu sous le soleil, calme sans dire la fatigue commence.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    puis moment frayeur pour les Unes. Un troupeau fait son repas.

    Étalé en désordre sur la table chacune son brin d'herbe commander, les vaches s’inquiètent des trouble fait.

    -"Hola je ne passe pas au milieu " angoissent nos belles.

    Avancer ou pas?, restons groupé, évitons les paniques.

    Mais quand même il y a fuite, elles courent s'éloigner. Les vaches pas les filles.

    On passe tranquille le troupeau rassemblé juste plus haut.

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    et puis c'est une descente vers un ruisseau. il nous manquait de suivre l'eau

    Il court dans la plaine avant de cascader vers les vallée profondes.

    rendez vous sus les bois.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est une partie rafraichissante qui suit le passage au sud.

    Le ruisseau coule une mélodie claire, limpide, qui demande de sortir les pieds des chaussettes.

    Trempette pour tous, des chevilles aux cuisses selon le degré de résistance au froid de chacun.

    Alors c'est comme une fin en soi, le marche s’arrête dans nos têtes.

    On est arrivé au paradis. laissons passer le monde.

    Pour relancer le groupe c'est une épreuve, on se promet un long repas du soir.

    -"J'ai les bières fraiches dans la voiture" pense bien fort Pascal.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on fait les sautes ruisseaux, avec le Doulou, en se rappelle de notre rando de la haute dourbies.

    On parle de vous autres gens d’Hérault qui nous avaient accompagné pour cette folle marche.

    http://rando-lolo.eklablog.com/en-petit-saute-ruisseaux-dans-la-haute-dourbies-a191241182

    C'est bon de se souvenir.

    J'annonce les 4 km restant en théorie. Le sourire n'est pas générale.

    -"d’après la carte se serrait plutôt 3 km " précise Maixent.

    Des ha généreux l’acclame.

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu de forêt qui souffle, sa grimpe, 45 m de dénivelé d'après la carte, pas de quoi souffrir.

    Et c'est les champs. Là l'Arnica nous attend, on va vers la cascade lou Saltou.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le petit saut, au bout de la zone humide reste caché.

    On est presque arrivé un pause peut se faire

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Choco pause, on sort les gâteaux et chocolat des sacs. Il est 5 heures passé on goûte.

    je m'étale dans l'herbe est photo à porté de main.

    Une guêpe, une éphémère, mouche de mai.

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on arrive à la route par les champs, une stèle informe sur le Maquis de Bonnecombe.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_K%C3%BChne

    C'est le temps du repos final.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    col de Bonnecombe les pâtures d'Aubraccol de Bonnecombe les pâtures d'Aubrac

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    le soleil reste lumineux, mais bien moins haut, le lac s'enbleui magnifique,

    La table sous les arbres , la bière s'ouvre, les chips remplacent les grillons,

    et les têtes s'évaporent.

    Le repas du soir commence, pour ne pas finir.

    En fait on traine de manger d'autant que l'on a marcher vite.

    Trop bien de faire durer la saison jusqu'au soir,

    On se rapelle, se dit des souvenirs de nous de vous , d'hier ou d'avant.

    8 saisons de marches à retrouver, on est perdu heureux dans tous nos oublis.

    Trop il y en a trop, et on continuera à remplir se trop pour qu'il déborde encore et encore chaque année.

    on se quitte limite,

    un café nous remet droit pour la route.

    merci à vous tous qui marchez de temps à autre avec nous,

    et à ceux qui suivent et lisent ces histoires de conte, rendu émus.

    C'est un beau monde qui gravite autour de nos sorties dominicales.

    Et j'espère que la saison prochaine verra de  nouveau adeptes à quatre pattes.

    Peu être que les alpagas seront avec nous.

    bonne été à toutes et tous...

    bizs

    Lolo


    votre commentaire
  •  

    coucou rou,

    6 juin 2021, l'été est enfin annoncée,

    Après la pluie le soleil s'installe. Comme souvent ici, en juin vient d'un coup la chaleur.

    C'est ainsi, la terre chauffe sans prés chauffage,

    et pour un temps l'humide garde les verts tendres .

    Allons profiter encore de ces douces impressions de printemps.

    En bordure du Larzac, je propose une longue boucle qui s'étire dans la vallée.

    Départ au dessus de Cornus, on va au cirque de St Baulize.

    -"je vous pose Didier et je repart" me dit Marie France avec la gentillesse de ne pas gêner.

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    21 km pour 450 m de dénivelé.

    Un parcourt varié, qui promet l'histoire, l'aventure du causse, et le vertige des falaises.

    La descente monté de St Baulize rajoute un grain de folie à mi course .

    J'aime ce challenge pour nous, aller au loin sans penser d'où l'on vient.

    Et rentrer fourbu, fier de ce que l'on a vécu.

    Je fait des théories lance des promesses de tout shoot, et espère un gouter pour la fin.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour commencer, on suit la piste,

    fait encore frisquet, je suis sans manche et mes bras affichent la chaire de poule.

    Vent du nord, des amis roulent vers le nord aussi,

    devenus Aveyronnais en maison de campagne depuis peu,  Patou, Etienne rentre chez eux, pour revenir bientôt et souvent.

    Une histoire qui n'arrive que dans les contes.

    Les conséquences de bloguer, le virtuel nous ramène au réel, et les rencontres deviennent magiques.

    Quant un blog de rando se repose dans les pages de psychologie, se réveille le soleil de chacun.

    et nos vies avancent parallèle sans croire quelles vont forcément se croiser.

    L'amitié est ainsi, facile, tranquille, et certaine.

    Alors laissons faire, je regarde venir les jours amis sans crainte du prochain.

     

    Mais je reprend la marche, direction la Tour d'Aiguillon,

    Un coin d'histoire quelques info ici , percher sur son rocher, on la devine de loin.

    On se perd derrière une haie, et tourne pour arriver à la tour.

    La prairie est comme en montagne, les Hélianthème des Apennins sortent leurs 5 pétales.

    L'aster des alpes reste discret, le jour sera fleurit ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

    On comprend vite pourquoi une tour ici! C'est un point haut du causse,

    La vue porte jusqu'à l'Aigoual .

    Marie fait une grimpe pour donner l'échelle du pays.

    Elle est complice, joyeuse, et volontaire, comme une aventurière qui fuit le quotidien de la ville.

    Ce dimanche nous porte bien, étrangement léger, les esprits au naturel, je me sens libre de vivre .

    Sans doute les couleurs et odeurs tendre de ce printemps. C'est reposant toute cette verdure sur le Larzac.

    Un parfum de magie, de rêve, de vitalité.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"Profitez bien de la vue, on va ensuite serpenter sous les bois " j'affiche en panoramique.

    Certaine pousse à l'avance, les petites fleurs, le grand air, c'est bien mignon mais ça ne réchauffe pas.

    Devant elle marche grand pas, vagabonde fier, face au vent qui bize sèchement.

    Pascal perd Didier entre deux arbres, je pause de nez dans les fleurs,

    Michel rêve éveillé d'un monde libre, Marinou change de blouson, Marie photo.

    La rando traine pour démarrer.

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C'est parti! un sentier devrait nous rendre au chaos du Louradou.

    Une trace dans les Hélianthèmes, affilantes, et renoncules...

    La pelouse fait le blanc, bleu, jaune. En horizon le causse montre son dos, il va nous y porter bien au delà.

    J'aime, voir que l'on va plus loin, comme un grand voyage qui demande tout son temps.

    C'est sans doute pour cela, que le groupe traine, la rando est donnée longue, endurante,

    qu'importe de se presser on ne pourra pas arriver avant la fin du jour.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on se promène dans les bois, les ronces n'y sont pas, les branches frottent sans griffer,

    Le sentier nous prend pour des lapins, petit, simple, il passe sous la végétation.

    J'adore cette progression intimiste, ou l'on devine le passage au sol et non pas à la largeur du débroussaillage.

    Les fleurs deviennent proches, on fait nos révisions des noms.

    Mireille, où es tu, m'entends tu ?

    Je suis perdu dans ma mémoire, tout ce mélange fait une sacré salade de verdure indigeste.

    Maintenant avec le livre devant l'ordinateur, je fait le savant.

    Une platanthère nous regarde passer. Sans doute à deux feuilles .

    Et dans un coin de lande c'est les Orobanches qui font les tranquilles.

    Les cheveux d'anges commencent d'onduler en transparence.

    C'est la partie nonchalance du jour. on suit le sentier sans trop voir où l'on va.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     on saute une clôture rejoint une piste , 2.5 km de fait, et c'est la marche deux bâtons de Pascal.

    Brigitte en tête les km déroulent , enfin presque. 1.5 km plus loin on reconnait la carrière de sable spécial du causse.

    On y est passé en 2017 lors de notre folle rando d'hiver blanc.

    Nous reviennent les souvenirs du repas vers la tour, debout à piétiner le froid.

    http://rando-lolo.eklablog.com/les-aiguillons-par-la-face-nord-a134665802

    Et ceux d'un abri salutaire trouvé par l'ami.

    Maixent n'est pas avec nous aujourd'hui, serons nous capable de le retrouver?

    Une plante écarte ma curiosité. Bizarre fleur jaune, tiges rampantes, feuilles en fils.

    Quelqu'un pourra m'aider, pour en savoir plus?

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Le chaos de Louradou la devant.

    -" Hé bien voici notre terrain de jeu pour un moment ",  Je propose d'aller voir une petite quille qui pointe devant

    Les rochers, semés de ci de là dans la verdure, sortent en  gros dos allongés.

    La vision change nos souvenir de neige, revenir dans le même coin a du bon, on enrichit nos plaisirs.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et dans l'herbe haute d'entre les clapas, les belles bergères Aveyronnaises se reposent assises dans leur robes d’antan.

    Les Ophrys Aveyronensis fond station ici.

    Une bonne surprise, nous qui ne sommes pas allé voir les sabots de venus ce printemps, on se rattrape avec celle la.

    Marinou discute avec chacune d'elle, m'invitant à immortaliser leur tenues.

    Marie, Brigitte, sont prés de la quille, les hommes s'éparpillent, le groupe devient vrille de joyeux lurons.

    dans les plaines hoho, de louradou

    dans les plaines, je peux entendre les échos.

    dans les plaines, les belles appellent dans le chaos

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Image de l'objectif, l'horizon tout à droite, un rocher dépasse. C'est le Roc de Louradou.

    Devant le vaste causse bien végétalisé, dés que l'on descend d'un rocher on n'y voit plus .

    -"on va à la biste, vers où l'on pense, entre les rochers, en visant le Roc" je me pense heureux.

    L'abri doit être par là, noyer dans le vert au loin. Comment a t'il fait notre ami pour le trouver?

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Commence notre marche du chaos, le sol coloré nous ralentit encore.

    Le lin semble se plaire ici, bleu, blanc, jaune, il éclate.

    L'Anthyllide des montagnes aussi. Une raiponce interroge, est elle seule?

    C'est un ravissement, une évasion dans un monde rêvé, l'artiste paysagé a fait une merveille ici.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Zygènes restent solitaire sur leur fleur, accrocher pour ne pas voler au vent.

    C'est un jour sans papillon, ni butineur, l'air fouette les herbes, et je dois ruser les images.

    On trouve la piste du chaos, celle qui doit passer près de l'abri.

    Les filles décident de la direction, un contre sens évident, mais que je laisse durer tranquille.

    On arrive entre des rochers au pieds de lin narbonnais à grande fleurs.

    Comme un tapis magique, la couleur vive flotte au dessus des herbes et ondule dans l'air.

    On est conquit, ravit, et fait demis tour.

    On cherche l'abri, je m'aventure un peu reconnais sans doute, mais doute quand même.

    Le trou sous le rocher, c'est sûr on est proche. J'abandonne, Pourtant avec Maixent cela semblait si facile.

    Le groupe est posé, grignote des fruits secs, on ne reverra pas se petit coin qui nous avait réchauffé.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plus de 6 km découverts sans penser au repas. Bien dur pour la sonnaille.

    Heureusement Marinou a su calmer Brigitte avec des amandes, mais celles ci sont trop vite passées.

    La belle sourit d'un coup le bon appétit qui lui vient.

    -"Michel, trouve nous un coin sans vent pour l'apéro " invoque t'elle.

    Pas de grande vue dégagée, mais du soleil chaud sans air frai, un coin de rocher nous accueil.

    Le muscat sirote, les chips scroutchent, et le rouge suit.

    Petit repas sandwich, qui s'étoffe au dessert, gâteaux maisons sortent des sacs.

    J'adore ces délices qui évoquent toute l'attention de chacun pour être bien ensemble.

    Un rituel facile qui coute peu mais qui donne tellement de bonnes valeurs délicieuses.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un brin de méditation, juste pour bronzer sans bouger.

    Une fois délassé, détendu sans lacet, on s'étire en douceur.

    Un moment qui s'affine lentement, laisse passer les fourmis das le corps.

    Du bas du crane, l'influx irradie la colonne jusqu'au bout de l'orteil, petit petit, ...

     

    On se lève, remarque un cairn, le sentier nous plait, allons trouver la Jasse.

    Une Vulnéraire attend le paparazzi, je photo cette belle des montagnes,

    Commune par ici, on ne doit pas oublier que c'est une plante rare.

    La marche s’embroussaille, les crains se perdent, les traces s’ensauvagent.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour un après repas, c'est cool, progression dans le vert qui chatouille, sans rien y voir.

    Je navigue comme en haute mer, dans la forte houle,

    sur la bosse je vise, dans le creux j'imagine.

    Je parle droite, gauche, ceux qui me connaissent pensent l'inverse,

    une idée d'aventure nous prend, l'égarement ne germe pas entre nous, on suit, certain d'arriver sans savoir pourquoi.

    -"Hé, la piste du GR, la Jasse est par là" j'invente pour certaines.

    C'est une fois sorties des buis qu'elles me croiront. On visite le bâti magnifique.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -" Bien maintenant tranquille, on suit des chemins balisés " je pense devant les autres.

    Sur la piste du cirque on avance rapide. 1 km vite passé le cirque est là, mais nous on le contourne de loin.

    Je peste un peu, cherche le bord, et trouve enfin un point de vue grandiose.

    Les vautours décollent à notre arrivée, magique.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le village en bas, c'est st Baulize, prochaine étape. On est au cœur de notre rando.

    Après la traversée d'une part de causse, on va descendre par les près de droite au village.

    Pour remonter sur le cauuse par les près de gauche du village.

    Je devine entre les arbres droit devant au dessus de la falaise le prés fauché tout clair où l'on arrivera sur le causse.

    10 km de fait, et s'étale à nos pieds toute une rando à faire. j'adore.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    merci Didier pour l'image de couple perché, je retrouve la fonction panorama pour les photo.

    encore un clic et l'on va .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    avant de quitter le causse je prend une Rhynante, et puis on cherche le sentier .

    Je le pense bien ouvert, en ait non, il est en semi abandon.

    Sont départ n'est pas évident, il longe un champ, en sous bois, puis il descend tranquille.

    On a le sentiment d'aller en des passages préservés.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une Ophrys abeille attend le mâle. petite surprise du sous bois.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Presque en bas, on dévale les champs, dérange des alcalaphes, le village nous attend.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    un petit glaïeul sur la route et c'est la pause sur la place.

    S'organise un concours de chocolats. Toutes les tablettes sortent, fondus ou pas,

    Et les bancs racontent les saveurs. citron, praliné, fleur de sel, on écoute délicieusement.

    Le temps passe, les motards repartent, Une compagnie de motos attendait les pilotes.

    et nous on reste. La, trop bien de savourer le bilan de la journée.

    La place est presque vide

    nous seul et trois brebis métal, https://www.facebook.com/AndreDebru

    fume entre nous le café Didier,

    le soleil brule le sol, l'ombre fait l'abri

    plus de pas, l’immobile donne l'ambience

    qu'il est bon d'oublier que l'on a marcher,

    regarder autour et sourire aux ami e s .

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    je sort du rêve, entraine le groupe hors du village, les ruelles sont cool.

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on traverse la foussette, et je dis stop.

    -"Si si, le chemin communal est là, sous les ronces, Brigitte sécateur" j'insiste

     

    Le beau sentier espéré pour remonté, bien ouvert , est en fait à l'abandon aussi.

    on queueleuleu au rythme de Brigitte qui scouc, scousc, scoucs sans relâche.

    Puis un de nous passe dans le champ qui longe.

    s'en suit une conversation à l'aveugle entre ceux de l'ombre et lui au soleil.

    Il pense nous doubler facile, la suite lui prouva que non.

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La grimpe s'intensifie, on a perdu la voix du champ.

    devant s’élève le raide de la pente. Par où passe le sentier?

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    avant d'attaquer le plus raide du jour, on attend l'ami.

    il penne dans le champ, Brigitte cherche le passage un peu enterré sous les genets.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des chasseurs se serve de ce chemin comme poste, il semble mieux ouvert maintenant qu'il est plus raide.

    Chaleur et pente, c'est des trucs à péter les cœurs tendres.

    Mais pour l'instant c'est d'autre part que je pète,

    au diable les manières, il me faut monter.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une bonne pause gourde une fois passé le plus dur, le village est laissé eu plus bas.

    Ouf, on va reprendre tranquille, et peu être revoir bientôt les filles qui nous ont laché.

    A coup de sécateur elles n'ont pas senti le dur.

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On les retrouve sur la champ, le paysan refait les andins, le foin chaud berce les narines.

    C'est un plaisir d'être au plat dans ce parfum.

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On trouve la piste, la marche reprend le pas rando, je ne photo plus,

    mais au km 17 je propose de suivre la bordure du causse.

    On ne rejoint pas le GR, le coin est trop vaste.

    Une belle vue sur la ferme d'Antigne, avec le Guilhaumard en fond

    On va suivre ce panorama.

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On rentre vers les voitures, par la pelouse de fleurs du Causse,

    avec en vue les prémisses de la vallée de la Sorgues.

    tranquille libre, on se repose presque.

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis les bois arrivent, la zone se couvre, alors un jeu s'invente.

    -" hola, un point de vue, ha un autre " fait on en cœur

     

     

     

     

     

     

     

     

    De la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St BaulizeDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    un fil éprouve notre souplesse fatiguée, et on retrouve le GR

    on rentre par la piste rapide, croise un couple gis poil,

    et arrive aux voitures.

    21 km qui sont passé bien varié,

    Le gouter attend à st Eulalie,

    une bonne table généreuse,

    où l'on reste bien au delà du dernier morceau de gâteau.

    C'est trop bien .

     

    c’était l'avant dernière de la saison,

    On se retrouve pour la dernière sans doute sur l'Aubrac.

     

    à bientôt

    bizs

    lolo


    1 commentaire
  • coucou rou,

     

    dimanche 30 mai 2021,

    Le soleil vient de se lever,

    j'ai laissé traîner le café,

    et j'attends les ami e s pour randonner.

    8 heures 55, les François papotent dans la rue.

    Vient les uns, grands, tranquilles, Brigitte se pense la seule du jour.

    Les sourires plaisantent, une belle pour les braves,

    Mais arrive Marinou pour jouer la re belle.

    le convois s'organise en trois voitures,

    Rendez vous à Peyrelau, le carrefour des Gorges.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    une boucle de 18 km pour 560 m de dénivelé

    C'est un beau jour qui annonce l'été, on se lance pour profiter de toutes la lumière.

    Un air touristique paisible, se respire ici, tranquille, les parkings sont mi-vide.

    Les rues libres s'ouvrent entières, pas de cohue, juste les fleurs font massifs.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"On attaque direct les marches, pour se mettre en marche" j’annonce .

    Aille ça grince presque pour certain. On y va doucement.

    Une petite visite du village aveyronnais, qui fait face à la Lozère.

    J'ai choisi un tour moins fréquenté, plus intime, surement sans grand site prestigieux,

    mais avec le vertige suffisant pour troubler le regard.

    On s'attarde sur les pierres bâtis, et les fleurs qui les colorent.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La crête se voit bien, aussi belle que la maison.

    J'explique le passage, en ligne droite, ou presque jusqu'en haut.

    Je promet la côte 815, qui donne le nom au PR, sous forme de balcons sur la vallée.

    le projet enthousiasme le groupe, qu'importe la pente, à petit pas on va partout.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rue fait panorama, les Causses dressent leurs quilles contre le ciel,

    bien bas sommes nous, mais pas pour longtemps.

    On va, pour atteindre la hauteur de vue qui leur passera sur le dos.

    C'est fier, heureux d'avoir chaud, confiant entre nous que l'on s'aventure pour la grimpe.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

    Un régal, le sentier n'a pas été débroussaillé, les mauvaises herbes affichent leur fleurs .

    Les couleurs nous chatouillent des mollets jusqu'aux yeux joyeux.

    Pas facile à lire, mais si bon à vivre.

    Surtout que je suis fatigué, épuisé depuis la veille.

    Je marche sans le souffle il est resté faire la grasse matinée.

    Les jambes coupées à vélo le samedi se reposent aussi,

    Le cœur boum comme il peut, il lui faut assurer le minimum.

    Alors les pauses photo je les respire au mieux.

    Avec François on révise les classiques, et le groupe entonne les noms.

    Mélite à feuille de mélisse, pas compris d'un coup,

    et on mélange la dame de 11 h avec l'Anthéricum inventant l'ornithogale à fleur de lys.

    En fait les Anthéricum à fleurs de lys sont en pleine floraison, De belle station prennent le soleil de mai.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier va droit et nous doucement, on s’aperçoit qu'e l'on prend vite de la hauteur.

    Les gorges de la Jonte sépare le Causse noir, du Méjan.

    Les versants chantent le vert avec toutes ses notes tendres,

    les ombres détachent les quilles des falaises, le soleil donne l'air d'été,

    comment ne pas être bien , même fatigué.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On se pense en haut, 1.5 km de grimpe ça use. Alors pause mérité.

    Un coin de praire devient mon coin d'étude, le lin, les orchis pyramidale, re mélite, et l'Ascalaphe Soufré.

    Ce dernier chauffe ses ailes et attend le paparasi . Je suis impressionné, et le flou gagne mon image.

    On reprend la marche pour finir la grimpe. Serte plus douce, mais on continue plus tranquillou.

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le premier balcon nous reçoit.

    En bord direct de la vallée, au dessus des Causses, le pays prend des allures de photo aérienne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le grand virage du Tarn marque sa sortie des gorges.

    C'est comme une découverte, la trouvaille d'un coffret de bijoux,

    On les regarde un à un, refusant de les comparer, le suivant est toujours plus surprenant.

    Je plonge dans le Tarn, suis les peupliers, et vagabonde les champs.

    les villages perchés voient passée mon regard sur les toits, et le laisse s'évaporer entre les rochers.

    On se sent bercé, en nouveau né qui découvre ses parents.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vue plane avec les vautours, ils passent bien plus bas , cherchent l’ascendant contre le relief.

    Ils descendent la vallée un à un, et nous montrent le dos.

    C'est le temps d'oublier la rando, de se croire vivre ici, pour profiter de ce lieu.

    Fini de monter, on avance sans contrainte.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce ne sont pas les balcons du vertige, des vases de Sèvre et Chine.

    Mais plutôt la terrasse sur la vallée. Au plus haut du causse, le service prend tous les horizons.

    On y mangerait bien, ici, mais aucun de nous gargouille avant 11 h 30.

    Il n'est que 11 heures, continuons d'aller plus loin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Notre sentier suit la bordure jusqu'en bout de la courbe du Tarn.

    On découvre le relief en avance aérienne, avec un style montgolfière portée par un vent fainéant.

    C'est doux, chaud, rassurant comme marche, les surprises viennent lentement et restent longuement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Asphodèle, laitue bleue, encore des pauses. Fini la bordure on marche sous les bois, et Brigitte sonne.

    Pour trouvé le coin idéal, on tourne un peu. Et puis un clair mi ombre nous plait.

    Pas loin du sentier, le cercle ne se ferma pas.

    En belle courbe on s'étale à la limite des arbres.

    C'est bon, à porté de bras tendus, l'apéro va et vient, dans la rangée.

    Le repas commence pour ne pas finir je le sens bien. Il y a un gout d’éternité entre nous.

    Sans doute le temps d'été, l'herbe de printemps, l'ombre d'automne, et les alcools d'hiver.

    c'est le bon qui efface les prévisions, la raison garde la vision sur le bien que l'on vie.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pas de méditation, il manque le vide. La sieste éteint le groupe.

    Chacun fait le dormeur en forme qu'il aime,

    Aucun ronfleur, ne trouble les oiseaux chanteurs.

    Belle en feotus , les hommes faces au ciel,

    L'ombre paisible ouvre les esprits rêveurs,

    Les randonneurs sont las, aussi vif que leurs sacs.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et le chef me réveil, à peine 5 km de fait il en reste 13. aussi je lance un Alléééé Hé!

    et debout je comprend le mal. le ventre digère prend le sang, et se fiche du reste.

    Les jambes, sont vides, le cœur mou, la tête se perd.

    Ola j'avance plus, heureusement le sous bois est coloré.

    Je photo les belles blanches, les clochettes , casques, et c'est la piste.

    On se dirige vers la Tendelle, une auberge, à prononcer Tine-delle.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La piste c'est du cardio, on avance bien, entre mes images .

    Les Orchis brulées commencent, ainsi que le lin jaune. Les bordure sont magnifiques.

    ainsi que la terrasse de l'auberge bien fleurit aussi. Bière fraiche, jus de pomme nous retiennent un bon moment.

    Une première je pense , l’arrêt terrasse durant une rando. En plus au milieu du Causse, en bout de piste.

    Sympa on se présente, discute un peu de marche, et profite du service tranquillou.

     

    La tendelle et Puech Margue

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis on repart, et sort de la piste.

    L'ami spéléo se propose de nous montrer l'aven de tabourel.

    On suit les marques bleues faite pour un exercice.

    L'entrée pointe l'humour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

    On est sur les pointillés rouge de la carte. L'ami va à l’instinct, on se suit en éventail ou en file.

    Le causse se pâture libre à condition d'être sur de son instinct.

    Un régal se moment d'évasion champêtre.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"Lolo, tu confirmes la direction, on retrouvera le tracé prévu?" demande tranquillement Maixent.

    Entre deux photos, je confirme, on se gratte les sacs au arbre, et passe dans un prés d'ascalaphe.

    Le ciel ce couvre, ils sentent l'orage et restent posés.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

    On retrouve la trace, un sentier commence bien, quelques vues posent notre situation.

    Une grande zone boisée qui cache les ravins, et rochers, ainsi que les gorges .

    Au loin des falaises éclairées donnent l'autre versant des gorges. les voitures sont vers là ba.

    On va plonger dans les pins, et chercher le pont d'arc.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore des fleurs qui me pause. le sentier rejoint la piste du ravin du pont des arcs.

    Ils est charmant, typique du causse Noir.

    la rando entame sa partie retour. Un long retour il reste presque 7 km.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J’espère la descente, mais des fauts plats montent à perdre les forces.

    Alors je pose pour le lin. et Pascal me coiffe d'un totem,

    Il vient d'inventer le chef des ages farouches.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le pont des arcs. Une curiosité qui trompe .

    Maintenant on descend. le retour facile sonne enfin .

    Mais les km parcourus sonnent aussi, pas si facile d'aller au bout.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ravin se suit longuement, sans dire, ni bruit , le groupe avance chacun sa peine.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis c'est la route de la Rouvière, un rapadou qui épuise.

    à droite la crête faite le matin, derrière les arbres les balcons s'ouvrent sur la vallée.

    Pour rentrer on va descendre dans les pins après la ferme.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jolie ferme du Causse, la chienne fait la timide pour une caresse.

    J'aime la liberté de passage.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On retrouve le PR, un sentier rassurant, direct , mais assez roulant! Les cailloux font les billes coquines.

    Commence la progression dans le ravin qui va à Peyrelau.

    Le groupe s'étire, les premiers passent les boucle basses que je suis encore en photo du haut.

    On se rapproche des falaises vues au loin des arbres il y a 5 km.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivée en tout sens dans le village.

    il est temps. c'est un jour rempli, limite fourbu,

    Les coffres ouverts vont attendre pour se refermer.

    La rue sait accueillir les marcheurs en peines.

    Les points d'eau et bancs ne manquent pas.

    18 heures, on a le temps.

    Alors on traine sans bouger, c'est reposant,

    tranquille de regarder les gens d'ici passer avec le sourire.

    Savoir rester là ensemble pour rien de plus, juste profiter d'un repos pour se raconter la journée.

    Comme lors d'un repas de fête on digère les bons mots autour d'un salon de jardin.

    J'aime cette lenteur amicale,

    sincère et spontanée.

    Qu'il est dure d'être celui qui propose de se quitter.

    Et en même temps qu'il est bon de projeter de se revoir.

    à bientôt ami e s,

    bizs

    Lolo


    votre commentaire
  • coucou roux,

    dimanche 23 mai 2021,

    C'est particulier le petit déjeuné ensemble.

     7 h 30, les yeux tentent de réveiller nos corps paresseux.

    On sourit des bonjours langoureux, des "bien dormis" rêveur.

    Les sourcils froncent encore pour garder le sombre, les membres font les zombies gentils,

    et le nez nous invite au café suave qui promet un boost d’énergies.

    On est au Pouget depuis la veille, Marie Laure et Bernard nous reçoivent .

    Maison généreuse de places conviviales, on y est bien.

    Façon gite sympa, le groupe c'est évadé chez eux pour le WE.

    La matinée s'organise doucement, à la vitesse des volutes fumeuses d'idées qui sortent des tasses chaudes.

    Autant dire que l'avance se fait en tournant en rond.

    Les choses à faire se présentent entre nous, trois petit tours et puis certain s'y mettent.

    10 heures, Maixent et Marinou arrivent de Millau. Le groupe est complet pour la rando.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    17 km pour 430  de dénivelé.

    pour une fois on suit la ligne, comme un voyage, va au loin pour arriver ailleurs.

    -"Ce n'est pas une boucle, alors pas de moyenne plate " je souris à Cécile.

    Maël propose la trace, ses parents vont l'ajuster en direct.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les voitures nous attendent à Aumelas, avec le castela du coin.

    Il est prévu de voir le télégraphe de st bauzille de la Sylve, et certaines collines du Pouget.

    On commence par la colline du dolmen, une des cinq.

    Le Pouget étant le village des cinq collines.

    Nos hôtes présentent cela, au milieu des vignes.

    C'est étrange, marcher sans trajet voiture. Comme des transhumants on commence la journée heureux.

    C'est un pays contrasté, posé entre des lieux prestigieux comme le Salagou, le st Baudilhe, la méditerranée.

    Une harmonie de vignes, culture, olive, et garrigue dessiné par les femmes et hommes, entoure le relief fier d’être plus haut que la mer.

    Les pierres montrent des huitres disparues qui font rêver les amateurs de fruits de mer.

    Ma visite passion des lieux s'engage avec Maël, On avance devant, d'un bon pas.

    Le sentier frotte les genets, grimpe les bans de calcaire, suit l'ombre des arbres verts, cache les vues, et garde secret le sommet de la colline.

    J'aime cette aventure sauvage, qui marche sur un sol jaune de terre claire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pause sommet, au dolmen. de grosses pierres couvrent deux chambres .

    L'horizon nord promet des surprises, Je n'ai pas l'habitude de voir la zone de Lodève par cet angle.

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le bâti des anciens nous impressionne, on reprend la marche dans la verdure du midi.

    Les fleurs chantent de partout, je m'approche des vipérines, d'un bleu irréel elles appellent les butineurs .

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On se croix ailleurs, bien loin de notre Aveyron.

    Une agave américaine lance sa floraison. Agaves, aloès, c'est bien semblable.

    En fait toutes leurs différences en apprennent beaucoup sur l'adaptation des plantes.

    Elles sont cousines très très éloignées.

    Les agaves ont conquis les Amériques, l'aloès est restées au vieux pays.

    L'une ne fleurit qu'une fois et puis se meurt, l'autre porte chaque année ses belles fleurs.

    L'agave fait partie de la famille des asperges, l'aloès de celle des asphodèles. qui l'eut cru!

    Ces deux groupe  vivent dans les mêmes conditions, sur des continents éloignés.

    Elles ont trouvées les mêmes solutions évolutives pour résister. Du coup on les confond presque.

    Les liserons s’emmêlent, celui des champs et le méditerranéen, dans l'ombre, les calices roses m'interpellent.

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Du haut de la colline, sans siffler ni attendre, le groupe l'a trouver, le bonheur du village.

    Nichés entre les monts, les toits se reposent en paix.

    Pascal inquiet demande jusqu’où faut il aller.

    Les couleurs printemps, ondulent dans le vent, une certaine insouciance nous réuni.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On descend de la colline, joyeux de voir les rues en circulade. Une particularité du Pouget.

    Les maisons tournent en rond jusqu'à l'église. Puis c'est la terrasse devant l'autre collinette .

    Celle qui fournissait l'eau fraiche aux villageois. Toute une histoire de captage construction et acheminement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un abreuvoir, 2 grilles, une ouverte, et 3 spéléos.

    Voici le bassin de distribution d'eau pour les fontaines de la ville.

    Une conduite voutée, Grille de gauche, porte l'eau des sources situées à plus d'un km .

    Le bassin devant, cache des sources creusées dans le calcaire .

    Une bien blanche de concrétions, l'autre bien haute, où les parois gardent les marques de pics jusqu'au plafond.

    On se fait une petite exploration plaisir bien au frais.

    Ensuite on suivra l'aqueduc enterré sous le sentier de surface.

    C'est fascinant, de voir le travail pour l'eau. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    le manque d'entretien menace les chevilles.

    la voute du caniveau s'écroule de ci de là, faute d'utilité.

    On arrive sur le terrain ami, une future oliveraie, la vue nous pause et se boit lentement.

    La vue s'agrandit, d'Ouest en Est, offrant le Nord montagneux.

    On devine le Canigou, le Caroux, le Vissou, le Liausson, l'Escandorgue, le Larzac, les deux Vierges, le st Baudilhe, les monts de st Guilhem, le Pic st Loup.

    -"On connait toutes ces montagnes qui nous on vue leur grimper le dos" pince certain.

    Nos rando passées s'affichent ici en tout horizon.

    Pour une fois je sonne avant Brigitte. Ma faim gargouille sans discrétion.

    -"en haut on sera mieux, il y a une bonne table" projettent les connaisseurs.

    -"Holà, mon bâton!!! je l'ai oublié à la fontaine" je m'inquiète d'un coup .

    Une petite course s'invente, l'ami m'accompagne, petit trot, sans galop, je ne suis pas fort pour aller vite.

    Les autres marchent vers l’apéro, nous rebroussons vers l'eau fraiche.

    Un peu d’angoisse de retrouver la houlette nous stimule, pourvu que!!!

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elle nous attend encore, houff, c'est une joie de la revoir. Maixent clic l'instant sourire.

    La course reprend tranquille, le repas va fêter cela.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Maël nous rejoint pour nous guider vers les chips. Au bout de la colline, en vue des sommets de la Séranne.

    C'est une colline sauvage qui domine les vignes, les fleurs sont libres, les papillons tranquilles.

    Le repas est lancé facile, bien assit, on savoure le calme, l'air bon, et les senteurs du soleil.

    on parle encore du saucisson de Roquecanude, de la veille, la fouace revient, le cake citron aussi .

    Nous manque du rouge et café, mais les fromages compensent.

    Un long temps qui machouille des délices, et raconte des bêtises.

    Le temps se dégage aussi, la fraicheur du matin s'évapore avec le muscat.

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Fin de méditation, on ouvre le regard au monde.

    Les siesteux n'ont fait que blaguer, pour nous autre sans lumière l'esprit à chuchoté.

    Forcé d'entendre, le monde se rapproche, le corps lâche le harnais et prend la pause.

    Cuisses moles, bras tombants, buste fier, je n'ai plus de peur ou crainte de ne pas savoir faire.

    Je reste digne de ne rien tenter, humble d'écouter le monde.

    Les minutes passent et me donnent la paix qui vie ici.

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je reviens au groupe par l'école champêtre, un clic photo jour de noce des zygènes.

    Une orchis bouc prend du retard pour fleurir, et la chicorée amer fait le spectacle .

    Les euphorbes servent de parking  super marché.

    Le peu de prairie, offre toute sa richesse de couleur et de nectar.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore la descente d'une colline, en sourire pas très tranquille.

    La pente fait toboggan, les VTTistes doivent se régaler de planer par ici.

    La suite de la rando se voit jusqu'à St bauzille , ainsi que la crête du télégraphe à droite.

    Les vignes attendent notre passage à plat.

    j'aime ces coins de belle vue en perspective de marche.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Talus pose fesses, et c'est la plaine fleurit, orchis , mauve et campanule.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Droite entre les vigne, va la petite route goudron chaotique, La Séranne en montagne proche.

    Le pays se traverse comme une zone libre, sans clôture, ni interdis, c'est particulièrement apaisant .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le village du télégraphe, ses couleur sont soleil de Provence, 14 h 33.

    L'aprèm sera chaude.

    Un PR raconte l'histoire du Télégraphe de Chappe.

    Une crête nous attend.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un début de grimpe qui me donne à réfléchir. Le chemin de croix va t'il être notre galère?

    La chaleur me coupe menu-menu, je découche, remplit le sac du sans manche, et remplit la panse de l'eau des bouteilles.

    Le sentier est raide comme une sécade .

    Heureusement les belles s'étalent en bronzette. Un clic droite, un gauche, j'écoute les conversations d'antennes sur les pétales.

    Petites pause qui me posent le cœur, le temps qu'il refroidisse.

    Les roses de loup se gloussent dans le vent,

    On marche seul, sur la pente qui se penche,

    Que le jour me pardonne, je reste seul,

    en oubliant le temps, je marche seul,

    loin devant, l'ami e s attend,

    que mes pas se cramponnent,

    j'avance seul, marcheur et penseur.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sorti du bois, je vois, le village du télégraphe, la plaine et les collines du Pouget.

    Notre courage se lit dans l'image, le Vissou pointe son pic comme un salut de chef.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    à la table d'orientation, certain fond le point sur les sommets d'horizon.

    Moi je clic Nigelle. la pause se met à l'ombre.

    Sous les chênes verts, la papote commence en croquant le chocolat.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis passe le temps, le groupe est entier, réunit au bout de la peine croit on!

    La crête est bercé d'une brise tendre, un souffle d'ange qui passe sans bouger.

    Et, je devine l'ange, un flambé un peu vieux, le pauvre, s'amuse en passe lente et basse.

    C'est rare pour cette espèce, qui vole comme un planeur au long cours.

    Il tourne, croise mon chapeau, fait mine de s'y poser, et revient plus près encore.

    Je reste là, nez en affut, juste le regard qui suit, je joue le complice gentil.

    Les minutes s'envolent comme les feuilles d'automnes, vite un instant, tournicotent et ralentissent pleinement pour s'étendre au loin.

    Je ne peu plus partir, il reste là, semble attendre un signe, alors je laisse le moment venir.

    Il se pose sur un brin d'oseille. Comme apprivoisé, je m’approche sans être effaré.

    Il se présente délicat, et me laisse prendre confiance.

    Un clic, puis deux, trois, et je m'éclipse .

     

    J’appelle la troupe, la piste continue ...Allééééééé Hé!

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La tour restauré se voit enfin, on s'instruit des lignes de 500 tours en France.

    Notre marche continue plein soleil dans la brise agréable.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les salsifis sont en boules pissenlits, le château se voit en ligne de mire.

    Une petite vallée nous sépare de son plateau, certain resterons à Aumesas le temps qu'on y monte.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On fini la crête par la piste coupe feu, mais pour certain c'est coupe cœur.

    -"je marche sans savoir, j'avance pour avancer, je ne sais pas qui me porte" réfléchit l'ami.

    On lui sourit, qui lui manque les fumées d'une moto deux temps, comme à Moulibez.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à AumelasUne courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

    La petite vallée se montre, on y passera en voiture pour rentrer au Pouget.

    La fin de marche arrive avec le village de Aumelas, le groupe se partage pour une heure, certain s'allonge au frais.

    Et nous cinq on attaque la grimpette au château.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est en restauration, on fait un tour rapide, trouve l'angle belle vue, et pause.

     

     

     

     

     

     

     

    Une courbe du Pouget à Aumelas

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un bien beau panorama, qui pousse le Vissou au plus loin.

    Voici l'image pour le reste du groupe.

    Un sentier caché nous ramène sur le PR, et on retrouve les ami e s.

    La marche s’arrête, les voitures se chargent.

    On se quitte vraiment au Pouget.

    Comme chaque dimanche, la séparation s'étire un maximum.

    Les fils sont déroulés entre nous sans rompre vraiment.

    Il se forme une toile araignée tendu entre tous, capable de piéger la moindre particule de bonheur sauvage.

    J'aime cette idée d'attrape rêve qui se concrétise le dimanche.

    Un long merci à nos hôtes, de chez qui on repart heureux d'y être rester.

    Bien des bizs

    Lolo.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique