• De Moulibez à Castelnau Pégayrols

    coucou rou,

     

    -"Hé si on allait marcher dans la Muse?" questionne l'ami Pascal.

    Les cafés fument entre nous, il est venu passer un moment chez moi.

    C'est bien d'avoir une idée de rando,

    Rien que le nom, La Muse, nous fait sourire d'envie.

    C'est une petite vallée cachée des grands sites, qui chemine encore comme autrefois.

    Comme une invitation à la rêverie, comme un brin de folie artistique, peintre ou poète on s'imagine.

    Ce ruisseau inspire la paix qui reste vrai, entière et discrète.

    Ce dimanche 2 mai 2021, 9 heure 30 le groupe attend à Moulibez.

    Véro, nous revient, deux ans d'absence qui s’efface d'un simple regard ami.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Presque 17 Km pour 600 m de dénivelé.

    Ce jour, c'est la rando des Fabienne!

    -"Tu n'as pas de sac ! Pas d'eau, ni rien, "je m'éberlus devant la belle.

    -"Hé, j'ai laissé ma voiture à Castelnau. On y sera bien pour le repas? Cette aprèm je doit partir" souffle t'elle.

     

    Bien le chalenge est posé, Marcher 10 km avant le repas, du jamais fait pour nous.

    -"Hola dur dur pour moi, quand j'aurai faim il me faudra manger, je suis en récup sportive" annonce le spéléo.

    L'ambiance s'anime, j'aime bien l'idée de tenter les 10 km.

    Le groupe va se resserrer, sans grande pression,

    juste le passage tout prés d'une brasserie.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La grimpe commence à l'ombre. Le sentier se montre imaginaire.

    C'est le sentiment qui nous accompagnera tout au long.

    Un coin de rien, qui ressource sans rien prendre.

    -" Ha Wouai, ça m'a manqué les dimanches rando à lolo" invoque Véro.

    Le versant est ordinaire pour ici, dans les Causses. Mais les Amélanchiers sont en fleurs.

    On passe entre eux, ils agitent leur parures d'argent du bout des branches.

    Chaque année c'est leurs heures de gloire.

    Insignifiant le reste des saisons, ils sont maintenant la beauté des versants Nord.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La montée va trop vite, Maixent devant, Maya toute fraiche, nos histoires de cheval qui ne rumine pas.

    L'esprit des souvenirs, lancent les pas en avant-toute. C'est bon de se sentir fort, poussé par la fougue des autres.

    Mon souffle oublie de se plaindre, il ne veut pas rester à la traine, et rater ces bons moments.

    Je papote facile, et lance la pause Orchidée sur le plateau.

    Pascal n'est pas gaillard ce matin, il grimpe encore le sentier, que l'on glougloute tranquille.

    -"Non mais, allez y! je vais faire demis tour, je vous retarde trop", qu'il dégouline en nous rejoignant.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hola non, on ne quitte pas l'ami,

    Sur le Causse Rouge, c'est plat, enfin presque, il va pouvoir récupérer.

    On attaque donc tous ensemble la limite de ce plateau qui domine la vallée de la Muse.

    Castelmus se présente au loin, on risque d'y manger si l'on n'atteint pas notre objectif pour le repas.

    Fabienne se retrouvera sans sac victuaille. Le partage s'organise déjà entre nous.

    C'est un temps solidaire, chaud, les belles rayonnent, les uns en chevalier courages ouvrent la voie de paroles fiers.

    On y va, j'y crois, Castelnau pour 13 h.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    la landes voit fleurir les jolies labels, il y en a de partout.

    Cette année sera particulière, des idées rando fleurs abeilles papillons me viennent.

    Cette bordure du causse Rouge est oubliée. comme le reste de ce causse.

    Et pourtant il me plait, c'est facile, libre, tranquille.

    Les Km passent, on passe sous Calcine, et remonte vers le Coutal. Là le chemin est en bartas.

    On rentre dans la pâture, et arrive à la maison par derrière.

    Il faut respecter la tranquillité des habitants, ici ils sont seul au monde.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Passé les Paliés, une belle maison neuve, on chemine champs ouvert.

    Le temps nous porte alerte, les petits groupes gambadent heureux.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le grand pause encore.

    -"C'est pas le souffle qui manque, juste les jambes qui n'ont plus de jus" fatalement je le comprend.

    Alors on regarde Castelmus qui joue avec les nuages dans le creux,

    et Castelnau, perché sur la colline du Lévézou. Le repas nous y attend.

    La rando se voit bien, longer le causse, descendre le ravin de Castelmus, et remonter au château.

    Tout semble si loin, impossible, et pourtant c'est simple, on y va.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une grange, on arrive à la Grangette. Une vue du viaduc, et l'enfilade du Larzac.

    C'est super.

    Mais ici aussi le chemin et dans les buissons faute d'entretien.

    On passe donc en bordure du prés vert. Là aussi respect pour le semi, les cultures sont rares.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    En fond de champ se retrouve le chemin. je suis fier du groupe, pas un blé de couché.

    Le vert et entier,

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La descente sur la piste traine un peu, c'est trop facile.

    et puis c'est beau, les nuages décorent le pays en lumière spot .

    Je me vois en spectacle nature, ou la vedette court la scène d'un village à l'autre.

    Le public d’amélanchier allume les briquets bougies, il scintille un air heureux tendre et gentil.

    Je pause , attend le spot Castelmus, et photo l’étrange vallée.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Midi, à la hauteur de Castelmus, on est dans les temps.

    -"Fabienne tu as une chance de retrouver ton sac pour le repas" on lui sourit.

    Reste une heure pour passer le trou de l'enfer et grimper à Castelnau

    Pascal tente l'aventure, il aurait pu retourner aux voitures par la route.

    Notre chalenge prend de l'ampleur, il devient probable.

    -"je ne sait pas si je tiendrais jusque là haut sans manger" salive le spéléo affamé.

    Je demande à Marinou des amandes, qui souvent nous ont rendu les forces avant les repas.

    Mais le stock est déjà grignoté.

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après le causse nous voici dans le schiste. Maixent risque un manque de calcaire.

    On le connait bien, en dehors des causses il a tendance à faire des coups de calgon.

    Entre Pascal au mou, et lui tendu, on plaisante facile.

    On avance en tête, papote de la grimpe qui nous attend. Les autres ne sont pas loin derrière.

    On les entend parler. Et puis rien, silence! C'est étrange, une minute à peine et plus de voix.

    Pause pour qu'ils arrivent. Mais personne ne vient.

    Un temps de doute, qui dure une éternité d'imagination. Tout cela pour un encas.

    Ils ont posé pour une barre énergétique.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe le trou de l'enfer, la Muse y coule.

    La grimpe va être terrible pour certain.

    D'autre philosophe, et moi je fais le psy de ma vie.

    Le versant se monte sans doute possible. Notre ami arrive vidé au max, mais gonflé d'envie de se régaler.

    C'est le courage du marcheur, un pas qui coute après l'autre pour savourer la pause offerte gracieusement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le sentier des baumes on fini la grimpe vers le village.

    Les jardins attendent le printemps chaud. Notre timing est bon,

    13 h Castelnau. reste à trouver un coin repas.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le village est un éperon sur la vallée. La vue vague au delà du département.

    Le soleil reste là accroché à la pente comme scotché par le vert.

    Le vent du Nord trouve porte clause, les maisons font rempart à la bise d'hiver.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au dessus du chemin une terrasse sirote. Des jeunes de Rodez sont à l'apéro chez les grand parents.

    Mon chapeau intrigue, il vient de Patagonie, notre groupe de marcheurs force le respect pour ces bellâtres

    insouciants.

    On se présente, échange avec la jeunesse mignonne.

    C'est doux, rafraichissant et plein d'espoirs de les rencontrer si accueillant.

    Une dame passe voir ces pieds de tomates qui prennent l'air, la porte de la cave ouverte.

    Elle nous voit sortir l'apéro des sacs, alors elle arrive avec ses chaises de jardin.

    -"Tenez, vous serez mieux assit" propose t'elle.

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Terrasse des délices, on s'était dit rendez vous dans 10 km,

    Même jour, même heure, même pomme,

    on verra si on aura plus d'jambes,

    sur la place belle vue de la Muse.

    Le grand est là, la belle trouve son sac,

    le spéléo s'attendrit et trouve le schiste beau,

    La rando se donne la fin, le chalenge réussit, l’appétit se montre entier.

    La faim dévore sans se presser, comme arrivé en bout d'épreuve, on prend le temps de profiter.

    Fabienne est avec nous, Maya fait ses yeux gourmands, Lascko croquettes un peu,

    et Fabienne, l'autre, lance le prochain défit.

    -"Ce serai bien de rentrer avant 18 h", Ma fille arrive à Millau.

    Lol, c'est repartit pour marcher sans trainer.

    Mais avant méditation au dessus des jardins. C'est magique! Les piafs fond les Louis Mariano.

    L'opérette glisse dans la vallée, et remonte la pente, les chants s'approchent sans crainte.

    les voix amies, expliquent notre méditation aux jeunes de la terrasse.

    Raisonne une vie heureuse, tranquille et curieuse. J'adore.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et puis c'est la reprise, on descent du village par un vieux chemin, juste ouvert tout vert.

    Il est fleurit tendre, les arbre ne font pas encore ombre,

    c'est étrange cet entre deux mondes éphémère. pas vraiment la prairie, pas encore le sous bois.

    On voit au travers des branches, les fleurs trouvent la lumières , les feuilles font les ingénues.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Terre de schiste l'eau cour la surface, l'humide contraste en verdure, sa sent bon,

    Lascko s'échappe, le chevreuil n'est pas loin. Alors c'est la laisse pour l’espiègle toutou.

    Ce chemin nous charme,

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    Pour une fois on digère la pente dans le bon sens . Facile d'avancer le ventre lourd le chemin dévale .

    Les petits ponds tiennent fort, des chênes sont fiers, le ruisseau de Falquière est un joli coin.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis c'est la grimpe qui reprend, deux motos trial nous doublent au ralenti .

    Fumées gaz ça empeste la ville . Pascal le parisien y retrouve sa jeunesse.

    -" Huumm, c'est bon , je sens que je me regonfle" avale t'il.

    On regarde une caselle  typique du coin, et lui démarre la monté cœur battant.

    Oublier le mou du matin , si on avez su, qu'une soufflée échappement le reboosterait ...

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     La vache de la Rozière nous regarde inquiette. On va faire un petit détour pour revenir aux maisons.

     Le chemin est bien charmant, qu'il nous faut faire durer.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Castelmus nous voit repasser .

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    au dessus de la route commence le sentier vers les fadarelles.

    une belle vue avant de rentrer sous les bois.

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau PégayrolsDe Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'abri des Fadarelles, on y est passé en 2014

    http://rando-lolo.eklablog.com/d-estalane-a-la-chapelle-de-fadarelle-a113051416

     

    la grimpette passe vite, les fleurs papotent couleurs à la mode.

    Une grande orchis tacheté est bien seule entourée de mélitte

     

     

     

     

     

     

     

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

    De Moulibez à Castelnau Pégayrols

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Le café donne le gout du temps passé ensemble.

    Un moment tranquille assit en Hermite on reste sans marcher.

    reste 3 km , qui vont languir les km fait.

    C'est une belle rando, surprenante, bien équilibré ou l'on découvre une vallée de tous ses cotés.

    Les sentier sont encore limite sauvage, pas encore ouvert en autoroute sportif nature.

    Ils caressent le marcheur, et invitent à baisser la tête,

    la pierre retient la fraicheur, les bois cachent les belles,

    il est bon se pays tendre, en limite du causse Rouge et du schiste.

    On  arrive avant l'heure F, Fabienne a le temps

    du coup on traine derrière les voitures.

    L'au-revoir tarde, on fait muret comme à Fontaneilles.

    On reviendra.

    à bientôt

    bizs

    lolo

    « Les buttes de FontaneillesUn huit à Vissec »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :