• De Peyrelau à la Tendelle

    coucou rou,

     

    dimanche 30 mai 2021,

    Le soleil vient de se lever,

    j'ai laissé traîner le café,

    et j'attends les ami e s pour randonner.

    8 heures 55, les François papotent dans la rue.

    Vient les uns, grands, tranquilles, Brigitte se pense la seule du jour.

    Les sourires plaisantent, une belle pour les braves,

    Mais arrive Marinou pour jouer la re belle.

    le convois s'organise en trois voitures,

    Rendez vous à Peyrelau, le carrefour des Gorges.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    une boucle de 18 km pour 560 m de dénivelé

    C'est un beau jour qui annonce l'été, on se lance pour profiter de toutes la lumière.

    Un air touristique paisible, se respire ici, tranquille, les parkings sont mi-vide.

    Les rues libres s'ouvrent entières, pas de cohue, juste les fleurs font massifs.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"On attaque direct les marches, pour se mettre en marche" j’annonce .

    Aille ça grince presque pour certain. On y va doucement.

    Une petite visite du village aveyronnais, qui fait face à la Lozère.

    J'ai choisi un tour moins fréquenté, plus intime, surement sans grand site prestigieux,

    mais avec le vertige suffisant pour troubler le regard.

    On s'attarde sur les pierres bâtis, et les fleurs qui les colorent.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La crête se voit bien, aussi belle que la maison.

    J'explique le passage, en ligne droite, ou presque jusqu'en haut.

    Je promet la côte 815, qui donne le nom au PR, sous forme de balcons sur la vallée.

    le projet enthousiasme le groupe, qu'importe la pente, à petit pas on va partout.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rue fait panorama, les Causses dressent leurs quilles contre le ciel,

    bien bas sommes nous, mais pas pour longtemps.

    On va, pour atteindre la hauteur de vue qui leur passera sur le dos.

    C'est fier, heureux d'avoir chaud, confiant entre nous que l'on s'aventure pour la grimpe.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

    Un régal, le sentier n'a pas été débroussaillé, les mauvaises herbes affichent leur fleurs .

    Les couleurs nous chatouillent des mollets jusqu'aux yeux joyeux.

    Pas facile à lire, mais si bon à vivre.

    Surtout que je suis fatigué, épuisé depuis la veille.

    Je marche sans le souffle il est resté faire la grasse matinée.

    Les jambes coupées à vélo le samedi se reposent aussi,

    Le cœur boum comme il peut, il lui faut assurer le minimum.

    Alors les pauses photo je les respire au mieux.

    Avec François on révise les classiques, et le groupe entonne les noms.

    Mélite à feuille de mélisse, pas compris d'un coup,

    et on mélange la dame de 11 h avec l'Anthéricum inventant l'ornithogale à fleur de lys.

    En fait les Anthéricum à fleurs de lys sont en pleine floraison, De belle station prennent le soleil de mai.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le sentier va droit et nous doucement, on s’aperçoit qu'e l'on prend vite de la hauteur.

    Les gorges de la Jonte sépare le Causse noir, du Méjan.

    Les versants chantent le vert avec toutes ses notes tendres,

    les ombres détachent les quilles des falaises, le soleil donne l'air d'été,

    comment ne pas être bien , même fatigué.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On se pense en haut, 1.5 km de grimpe ça use. Alors pause mérité.

    Un coin de praire devient mon coin d'étude, le lin, les orchis pyramidale, re mélite, et l'Ascalaphe Soufré.

    Ce dernier chauffe ses ailes et attend le paparasi . Je suis impressionné, et le flou gagne mon image.

    On reprend la marche pour finir la grimpe. Serte plus douce, mais on continue plus tranquillou.

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le premier balcon nous reçoit.

    En bord direct de la vallée, au dessus des Causses, le pays prend des allures de photo aérienne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le grand virage du Tarn marque sa sortie des gorges.

    C'est comme une découverte, la trouvaille d'un coffret de bijoux,

    On les regarde un à un, refusant de les comparer, le suivant est toujours plus surprenant.

    Je plonge dans le Tarn, suis les peupliers, et vagabonde les champs.

    les villages perchés voient passée mon regard sur les toits, et le laisse s'évaporer entre les rochers.

    On se sent bercé, en nouveau né qui découvre ses parents.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La vue plane avec les vautours, ils passent bien plus bas , cherchent l’ascendant contre le relief.

    Ils descendent la vallée un à un, et nous montrent le dos.

    C'est le temps d'oublier la rando, de se croire vivre ici, pour profiter de ce lieu.

    Fini de monter, on avance sans contrainte.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce ne sont pas les balcons du vertige, des vases de Sèvre et Chine.

    Mais plutôt la terrasse sur la vallée. Au plus haut du causse, le service prend tous les horizons.

    On y mangerait bien, ici, mais aucun de nous gargouille avant 11 h 30.

    Il n'est que 11 heures, continuons d'aller plus loin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Notre sentier suit la bordure jusqu'en bout de la courbe du Tarn.

    On découvre le relief en avance aérienne, avec un style montgolfière portée par un vent fainéant.

    C'est doux, chaud, rassurant comme marche, les surprises viennent lentement et restent longuement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Asphodèle, laitue bleue, encore des pauses. Fini la bordure on marche sous les bois, et Brigitte sonne.

    Pour trouvé le coin idéal, on tourne un peu. Et puis un clair mi ombre nous plait.

    Pas loin du sentier, le cercle ne se ferma pas.

    En belle courbe on s'étale à la limite des arbres.

    C'est bon, à porté de bras tendus, l'apéro va et vient, dans la rangée.

    Le repas commence pour ne pas finir je le sens bien. Il y a un gout d’éternité entre nous.

    Sans doute le temps d'été, l'herbe de printemps, l'ombre d'automne, et les alcools d'hiver.

    c'est le bon qui efface les prévisions, la raison garde la vision sur le bien que l'on vie.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pas de méditation, il manque le vide. La sieste éteint le groupe.

    Chacun fait le dormeur en forme qu'il aime,

    Aucun ronfleur, ne trouble les oiseaux chanteurs.

    Belle en feotus , les hommes faces au ciel,

    L'ombre paisible ouvre les esprits rêveurs,

    Les randonneurs sont las, aussi vif que leurs sacs.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et le chef me réveil, à peine 5 km de fait il en reste 13. aussi je lance un Alléééé Hé!

    et debout je comprend le mal. le ventre digère prend le sang, et se fiche du reste.

    Les jambes, sont vides, le cœur mou, la tête se perd.

    Ola j'avance plus, heureusement le sous bois est coloré.

    Je photo les belles blanches, les clochettes , casques, et c'est la piste.

    On se dirige vers la Tendelle, une auberge, à prononcer Tine-delle.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La piste c'est du cardio, on avance bien, entre mes images .

    Les Orchis brulées commencent, ainsi que le lin jaune. Les bordure sont magnifiques.

    ainsi que la terrasse de l'auberge bien fleurit aussi. Bière fraiche, jus de pomme nous retiennent un bon moment.

    Une première je pense , l’arrêt terrasse durant une rando. En plus au milieu du Causse, en bout de piste.

    Sympa on se présente, discute un peu de marche, et profite du service tranquillou.

     

    La tendelle et Puech Margue

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis on repart, et sort de la piste.

    L'ami spéléo se propose de nous montrer l'aven de tabourel.

    On suit les marques bleues faite pour un exercice.

    L'entrée pointe l'humour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

    On est sur les pointillés rouge de la carte. L'ami va à l’instinct, on se suit en éventail ou en file.

    Le causse se pâture libre à condition d'être sur de son instinct.

    Un régal se moment d'évasion champêtre.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"Lolo, tu confirmes la direction, on retrouvera le tracé prévu?" demande tranquillement Maixent.

    Entre deux photos, je confirme, on se gratte les sacs au arbre, et passe dans un prés d'ascalaphe.

    Le ciel ce couvre, ils sentent l'orage et restent posés.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

    On retrouve la trace, un sentier commence bien, quelques vues posent notre situation.

    Une grande zone boisée qui cache les ravins, et rochers, ainsi que les gorges .

    Au loin des falaises éclairées donnent l'autre versant des gorges. les voitures sont vers là ba.

    On va plonger dans les pins, et chercher le pont d'arc.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Encore des fleurs qui me pause. le sentier rejoint la piste du ravin du pont des arcs.

    Ils est charmant, typique du causse Noir.

    la rando entame sa partie retour. Un long retour il reste presque 7 km.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J’espère la descente, mais des fauts plats montent à perdre les forces.

    Alors je pose pour le lin. et Pascal me coiffe d'un totem,

    Il vient d'inventer le chef des ages farouches.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le pont des arcs. Une curiosité qui trompe .

    Maintenant on descend. le retour facile sonne enfin .

    Mais les km parcourus sonnent aussi, pas si facile d'aller au bout.

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ravin se suit longuement, sans dire, ni bruit , le groupe avance chacun sa peine.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis c'est la route de la Rouvière, un rapadou qui épuise.

    à droite la crête faite le matin, derrière les arbres les balcons s'ouvrent sur la vallée.

    Pour rentrer on va descendre dans les pins après la ferme.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jolie ferme du Causse, la chienne fait la timide pour une caresse.

    J'aime la liberté de passage.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la TendelleDe Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On retrouve le PR, un sentier rassurant, direct , mais assez roulant! Les cailloux font les billes coquines.

    Commence la progression dans le ravin qui va à Peyrelau.

    Le groupe s'étire, les premiers passent les boucle basses que je suis encore en photo du haut.

    On se rapproche des falaises vues au loin des arbres il y a 5 km.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De Peyrelau à la Tendelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Arrivée en tout sens dans le village.

    il est temps. c'est un jour rempli, limite fourbu,

    Les coffres ouverts vont attendre pour se refermer.

    La rue sait accueillir les marcheurs en peines.

    Les points d'eau et bancs ne manquent pas.

    18 heures, on a le temps.

    Alors on traine sans bouger, c'est reposant,

    tranquille de regarder les gens d'ici passer avec le sourire.

    Savoir rester là ensemble pour rien de plus, juste profiter d'un repos pour se raconter la journée.

    Comme lors d'un repas de fête on digère les bons mots autour d'un salon de jardin.

    J'aime cette lenteur amicale,

    sincère et spontanée.

    Qu'il est dure d'être celui qui propose de se quitter.

    Et en même temps qu'il est bon de projeter de se revoir.

    à bientôt ami e s,

    bizs

    Lolo

    « Une courbe du Pouget à AumelasDe la tour d'aiguillon au cirque de St Baulize »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :