• de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

    coucou rou,

    21 février 2021, une date presque miroir,

    je m'y revois sans peine, un jour d'espoir.

    Le soleil est au nord, tempête le sud .

    alors pourquoi pas aller au Lévézou.

     

    -"J'aime pas le Lévézou" ironise Brigitte.

    Les ami e s arrivent pour 9 heures,

    la rue commence un dimanche joyeux.

    -" Maguelone nous rejoint directement à Ségur, ainsi que Marinou&Maixent " j'annonce avec envie.

     

    Le covoiturage se lance, et l'on roule assez vite vers le Nord.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une rando classique, 16 km pour 350 m de dénivelé

    On suit le PR tranquille.Enfin presque.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    sur le parking, au soleil, sans le vent, on se croit estivant.

    Amélie nous est présentée, jeune, très nature, avec le regard ouvert et bien gentil.

    On fait notre bruit de groupe qui se retrouve, des papotes qui croisent des questions,

    Les réponses prennent le temps de fleurir, et certain vague sur la rue sans impatience.

    On est au partage de la route , d'un coté route de Millau, l'autre route de Rodez.

    Qu'il est bon d'avoir un ciel d'éclaircies, une lumière plein feu sur la terre.

    Une fenêtre s'ouvre, je pense à la chanson de Breel, un sourire nous parle.

    Un nouveau couplet serait à écrire.

    Une dame gentille nous vente la rando qui nous attend.

    C'est un merci qu'elle nous offre sans rien demander.

    On commence la marche comme invité de marque.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Alors le Lévézou, c'est quoi?

    Une terre en plateau, assez vallonnée, vouée à l'élevage bovin de race ancienne.

    Un sol acide, schiste ou granite, ou l'eau ne s'enterre pas. Elle stagne, coule et serpente sous l'herbe.

    Les ruisseaux tournent dans les près, les villages s’agglutine aux églises.

    Pâturages, haies, bocages, et barbelés. Mais il y a des chemins, pistes ou petites routes, qui vont de partout.

    C'est je crois, le plateau des passionnés de galops effrénés.

    On commence la grimpe, le vent directe en avant nous coupe l'aspiration.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les premiers forcent l'allure sans s'en rendre conte. Ils ne comptent pas, simplement se racontent les histoires de la semaine.

    Ensuite le milieu fait des photos de près, et en fin d'autres nonchalants profite du soleil.

    Marcher sans regarder ses pieds nous change beaucoup. la piste déroule le pays, comme un trucage de vieux film.

    on peut, tourner la tête d'un coté, ou l'autre, garder les yeux au ciel, que l'on ne tombe pas.

     

     

     

     

     

     

     

     

     de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ciel s'amuse avec les rayons, d'énorme spots se promènent,

    Le devant s'en va, je photo avec Nicolas.

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On monte depuis un moment le nez vidé par le vent fou, les yeux plaqués comme des œufs au plat,

    Le buste en avant, le dos rond, j'en perd le chapeau deux fois. Une marche de fada.

    Je promet un mieux plus loin, mais pour le moment un bout de haie nous abrite.

    Une pause qui attend les derniers qui souffrent bien plus que nous.

    Assez longue pause, je grimpe le champs et photo le vallon.

    Façon de mettre le groupe à l'échelle du pays.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Que va t'on chercher si haut ? 950 m d'altitude franchi, un plat arrive.

    Le sud est bien sombre, ce qui nous assure de notre choix de balade.

    La chapelle de Bergounhoux, une légende est née ici, un perdu qui se retrouve.

    Nous allons voir la chapelle qu'il a fait construire.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe en crête , les arbres gardent des traces de tempête, et nous on se fait ventiler.

    On ne sentira pas le moisi ce soir en rentrant.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un peu de calme, la forêt le plat, les chênes.

    le groupe se rapproche, on parle d'un jour que l'on se donne entier, pour être ensemble.

    La rando prend du corps, le temps n'est plus le même, il est a nous, pour nous.

    Un espace se libère autour de nous, ou plutôt en nous. Le sentiment d'être en paix,

    dans un lieu calme, avec des gens bienveillants durant des heures et des heures...

    je ne suis pas si pressé d'arriver.

    On passe le point haut, les éoliennes. et la descente commence.

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Brigitte , marmonne un peu. Ce n'est pas l'heure, on projette de s'attabler à la chapelle.

    -" je propose de sortir de la piste, allons voir dans les bois comment sont les forêts ici", j'invite.

    Un point carte est fait au  km 6.2 , un chemin entre dans le bois, un autre longe un ruisseau.

    Amélie calcule un azimute, Maixent scrute la carte, et moi je pointe le nez sur la gauche à Lolo.

    On bifurque donc à droite.

    Commence les surprises, les branches nous touchent de plus en plus prés.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On sort des épicéas et regarde une Hêtraie. En hiver c'est lumineux, le sol de feuilles, et l'air de verticales.

    En fond l'eau se promène, c'est un lieu qui attend.

    Tous, chacun de nous, on commence de rêver. Le même rêve nous rassemble.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je randonne pour vivre cela. Des moment qui durent bien au delà du temps.

    Sur le moment ils semblent spéciale, limite rare, irréels, et puis comme ils durent encore on les apprécie vraiment.

    Enfin, une fois passé ils restent et reviennent en souvenir de belle vie simple.

    Ce vallon nous reçoit ainsi. Un petit coin qui fait son chemin loin de notre monde.

    Je photo et pause mes impressions.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le ruisseau passe sous les feuilles, entre les mousses, la pente est douce, il se repose.

    Les couleurs ici sont restreintes, le printemps n'a pas encore fleuri .

    Du vert du gris, marron et noir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les mousses nous touchent, sans doute leur coté tendresse,

    les arbres sont trop hauts, accrochés au ciel, les branches en écriture fine.

    La lumière se pause au sol facile. et on avance doucement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on laisse un coin repas, au pied de ces rochers. Trop de vent, encore trop tôt.

    On hésite, et s'en re va.

    L'esprit du groupe , est comme l'image, naturel, simple, doux, paisible,

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Promenons nous dans les bois du Lévézou, chemin charmant, forêt toute propre.

    On est au cœur du plateau. il bât ici avec une douceur extrême.

    Une petite clairière tache d'herbe l'image. on s'y avance pour parler de tourbe.

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    en lisière les branches s'étirent au delà du raisonnable, la lumière appartient aux feuilles.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    les premiers se fondent entre les troncs, l'immense est autour de nous.

    Comment ne pas se ressourcer sur cette terre.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On fait une approche du lieu humide, remarque une petite tourière en hiver.

    C'est un milieu bien différant des Causses.

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    on suit le ruisseau sur 2 km, à la vitesse de l'eau me semble t'il.

    Notre escapade va prendre fin avant la chapelle.

    un petit moment d'aventure extraordinaire pour nous tous.

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La chapelle enfin, Brigitte gargouille grande faim.

    Mais il n'y a pas de coin sans vent.

    on tourne, un sens , et l'autre ...

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il n'y a pas d'abri, juste des croix.

    Michel, pousse une porte, elle s'ouvre, on visite.

    On se trouve à l’étage, au dessus de la nef.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Assis sur un banc, on fait table de fête. la salle attend en dessous.

    Le repas pour une foi se fait en maison bâti. On est content de ne plus sentir le vent.

    La pause semble éternelle, arrivée au but de la rando, on se donne le mérite qui va bien.

    Un doigt d’apéro, une goulée de rouge, un carré de chocolat pour le café.

    Gâteau au noix, croquant, tout y passe.

    C'est des moments qui sont magiques, les sacs sortent encore et toujours un délices après l'autre.

    On est venu pour être bien, prendre du bon temps, malgré la météo.

    On se retrouve tranquille, et laisse passer le bonheur tout doucement.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    l’après repas commence,

    certain visite, le bas relief mérite attention, nous quatre on se redresse.

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Méditation en coin. C'est particulier, les voies voutent autour de nous, Brigitte n'est pas discrète.

    La lumière s'oublie au début, mais le calme arrive vite.

    Malgré les papotes des visiteurs, le corps se pose, la tête accepte l'ambiance.

    le dos droit, les cuisses mollissent, les bras s'endorment, les épaules glissent en arrière.

    Les sons viennent en écho, mon cœur sonne comme un  tocsin , sans doute l'alcool et café qui flambent.

    L'esprit est là, sans tumulte, il prend la sérénité de la lumière.

    On quitte les lieu, referme la porte, sonne la cloche .

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On se dirige vers Ségur, le retour passe tranquille, le vent dans le dos se fait oublier.

    Les bocages nous accompagnent .

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les pistes nous plaisent. on reviendra sur le Lévézou.

    -" en fait, c'est pas si mal ce plateau , on s'y régale, ça change" reconnaît Brigitte.

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avant la fin, Lolo calcule une escapade.

    On se retrouve dans un près avec belle vue sur le bourg.

    On va visité un peu .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    de Ségur sans se perdre jusqu'à la chapellede Ségur sans se perdre jusqu'à la chapelle

     

     

     

     

     

     

     

    On rentre par le stade, Nicolas nous indique que l'on suit le béal d'un ancien moulin scierie.

    une rambarde parle de Camargue.

    on arrive doucement comme les touristes du dimanche.

    Mais quand même fourbu. Marcher tout le jour avec le vent, ça fatigue un peu.

    La plus jeune pense bien dormir cette nuit,

    et nous on est sur d'être bien raide en sortant des voitures.

    Une belle balade, qui fait du bien.

    On reviendra au nord de l'Aveyron,

    J'attends de rencontrer Antoinette,

    bizs à vous

    Lolo.

    « Au dessus des Cuns du LarzacDu pont de St Rome au Viala du Tarn »

  • Commentaires

    1
    Marie
    Samedi 27 Février à 17:52

    cool.Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :