• De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

    coucourou,

     voici venu le temps
    des marches et des champs,
    dans la têt’ à Lolo
    tous les dimanches sont beaux.
    c’est le moment joyeux ,
    des ami e s heureux,
    qu’importe la pluie ,
    tout le monde sourit ...

    Dimanche 4 octobre 2020,

    Vite pensé, presque à l'improviste,

    s'organise notre première sortie de la saison huit.

    Vent, pluie , gris, sombre jour de peines,

    qui viendra ? Comment sera l'esprit, ai je encore la force...?

    Le mental tourne en triste, bien seul dans un coin de ma tête.

    Qu'importe ses mots, j'ai pu tracer une belle boucle au sud,

    des ami e s seront là, on marchera en paix, tranquille sans cri ni plainte.

    Matin 9 heure on se présente dans la rue.

    -"Pascal se retarde pour trouver des chouquettes" salive des yeux Brigitte .

    -"Voici Sylvain, présente Marie Christine, il vient partager sa journée avec nous"

    -"Oui , et j'ai invité aussi un couple d'amis qui nous rejoindra au départ" sourit il .

    C'est simple , facile et nouveau , le jour commence bien entre les gouttes aveyronnaises.

    Cinq d'ici, on part au sud, bien plus nous attendent la bas au soleil.

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    17 km pour presque 500 m de dénivelé, pour une mise en jambe de la saison c'est un peu fort.

     

    St jean de la Blaquière s'agite , sur la place les ami e s se rencontrent .

    On arrive comme des enfants qui vont faire un long beau et joyeux voyage ensemble.

    Un peu en retard, nous voila désiré, alors le temps ralenti encore ..

    -"Sylvie va arriver, elle attend Mathieu pour venir"...

    J'adore ces imprévus qui rajoutent des visages contents.

    La papote germe au soleil, les nouvelles de chacun s'égrainent dans les yeux.

    Nouvelle et nouveaux  piochent de ci de là les particularités de chacun,

    Le bitume fleurit de sourires, et je recueille les saveurs surprises de ce parterre de gens heureux.

    Je retrouve les prénoms, cherche les bons cœurs qui vont avec. On rit de mes maladresses,

    confusions comiques, et les souvenirs s'épanouissent enfin clairement.

    -"Kine Michel, Luc Sophie, Francine Daniel qui n'est pas là, on se retrouve " je savoure...

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La marche commence quand même, par une belle côte.

    Et là , le groupe s'étire sur le sentier, mais on a du mal .

    L'envie d’être proche, contre épaule, pour se parler sincère,  s'impose naturellement.

    Alors à deux de front, sur une trace fine, ça oblige les têtes basses.

    On surveille nos pieds et laisse les paroles libérer nos émotions.

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les rochers des deux vierges se dressent au loin ...

    https://capechblog.wordpress.com/saint-saturnin-de-lucian-rochers-des-deux-vierges/

    la piste est facile , le bonheur sourit..

     

    La grimpe va durer, 4 km, le temps de prendre son rythme,

    -"Si ça vous va on peut envisager de manger en haut ?" Je projette.

    La longue pause étant posée, la marche prend espoir .

    Je discute mental avec Luc, muscu avec Michel, et aventure avec Mathieu.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"Amandine n'est pas venue, elle a trop peur que tu nous perdes" plaisante Mathieu

    -"ha oui ? mais tu sais la perdéson c'est le charme de mes aventures" je souri .

     

    Ce sentier agréable, nous pousse doucement, entre les chênes verts,

    sous la grande bruyère, quelques marches de bois,

    une belle pente, et des senteurs de garrigues.

     

    Voici pour le jour, le thym de la Blaquière,

    un peu de ciel bleu, et la salsepareille,

    voulez vous, pas vrai, un bouquet de lavande,

    ou bien du serpolet.

    Et par dessus tout ça , je vous donne en étrenne

    l'accent qui se promène et qui n'en fini pas.

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les rapides s'avancent, Sarah contemple,

    Je photo doucement , les lents sont en arrière;

    Chacun se plaît, profite à sa guise. Personne ne juge ,

    en paix la colline est gravie.

    Je retrouve mon esprit Lolo, respect , partage accompagnement.

    Sans oublier l’effacement, savoir être sans s''imposer.

    Ces premiers moments de marche avancent comme un ruisseau tranquille.

    Le chant de l'eau gazouille de pierre en pierre, sans déranger la terre.

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pascal , Brigitte et Marie Christine ferme la file,

    Le pays s'ouvre , le Vissou fait parler les héraultais.

    Je regarde les terres rouges qui nous attendent.

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le compagnon de Sarah, propose un raccourcis, direct sur les rochers.

    C'est bien le nouveau qui nous apprend déjà ses sentiers.

    Un passage facile entre les blocs et l'on arrive bien vite.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On passe vite le sommet, le temps de recaler certain point de vue sauvageons sur l'emplacement des Pics.

    Le st Loup  se croise avec le vissous.. avec le st Baudilhe qui passe ailleurs..

    Je rigole d'eux, mais moi j'inverse les monts de la mer.

    Il est bon de s’arrêter au sommet de temps à autre pour savoir le loin qui nous regarde.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On se perche pour manger. Pas de cercle , mais une ligne partage.

    Circule des portions de mets nouveaux, lentille ou amandes, gingembre et quand même saucisse.

    et le temps passe en histoires .

    L’échange des vies, la complicité des mots, chacun se pose à l'aise.

    Pour la sieste, c'est pas au top, mais pour méditer , on escalade un peu ,

    juste assez pour être sérieux,

    et le vent nous berce de froid.

    Un peu crispé, dans les paroles des amis, le corps se détend.

    le souffle faible , le ventre lent, j'oscille avec le cœur

    stable, en paix, j'accepte le froid, les bruits et l'instant.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

    On quitte les rochers , la pluie arrive.

    Prévu pour toute l'aprèm , j’espère que M Météo nous ment.

    C'est sûr, on y aura droit, venant par la droite le gris humide avance assez vite.

    Les couleurs me touche avant la pluie, et je sait qu'elles vont me surprendre pendant,

    pour me ravir après.

    J'en parle avec Sarah, elle aussi sensible aux variations de verts.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tombent les gouttes, serrées, froides, et ils marchent , papotent de choses et d'autres.

    Certains se calent sous un arbre pensant que tous vont attendre un peu à l’abri.

    -"hé non ils continuent , à croire qu'ils aiment se mouiller" je gesticule aux derniers.

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les escargots, promènent leurs coquilles dans les lumières humides.

    Se devine un clair, à l'Ouest, une promesse d'avenir sec.

    Le moral est au beau fixe, un bonheur qui enchante la piste.

    on parle chapeau , cape, et Rougier mouillé.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La pluie griffe mes images, la descente dans le Rougier est prudente.

    Nos taches de couleurs synthétiques serpentent en limaçons, les bâtons en antennes tactiles.

    Une belle expérience, qui brille entre nous déjà comme une aventures souvenirs extrêmes.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et les trait disparaissent, les gouttes ne sont plus. C'est la magie des bonnes randos.

    On va toucher le Rougier après la pluie.

    Et là je ressent le sentiment d’être où il me faut être.

    Laisser venir la joie, celle de profiter d'un moment unique.

    C'est bon pour moi , retrouver des sensations de bonheur.

    Ma tête les aplatit depuis plus d'un an,

    alors aujourd'hui entre amis je sent qu'elle n'aura pas le toupet de les effacer. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans mon élan je demande un tache d'humanité dans l'image,

    c'est Sylvain qui avance...

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    la suite m'est que magie, une féerie de décors de grande saga.

    Au propre, après le rinçage, la terre est comme neuve,

    seules les écritures en pierres montrent le passage d'aventuriers.

    La couleur est totale, en profondeur de la roche, sans poussière ou altération.

    C'est beau le Rougier bien lavé.

     

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On arrive à la cascade, et je me rappel du point de vue de René...

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Super plongeant dans les Ruffes

    la promenade commence, les pellites ne glissent pas, il est agréable de s'y balader.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On joue facile, dans le pourpre, pour certain c'est une première.

    Et pour les autres c'est un bonheur de le revivre.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On finit par quitter le Rougier, une pause goûter, histoire de solder les douceurs sucrés.

    et on retourne au village par les chemins de la plaine.

    Un vaste pays de vignes entre les terres sauvages.

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un beau dolmen attend depuis trop longtemps.

    sur la petite crête , il en impose.

     

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    une capitelle peu abriter celui qui n'a pas de coquille sous la pluie.

     

    c'est la partie histoire de l'homme, de la rando; des mégalithes à l'industrie du vin.

     

     

     

     

     

     

    De St Jean de la Blaquière aux deux vierges, sans oubier le diable rouge.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    -"En théorie je prévois toujours une fin de rando tranquille sur piste ou route, en cas de nuit précoce"

    Je rigole , facile.

    Certaines grappillent trois raisins, les autres avancent en mode promenade.

    C'est une prolongation de notre rencontre,

    un temps ou les paroles se rapprochent des impressions.

    On touche de couleurs tendre l'autre qui nous accompagne.

    la route se prête au groupe, une petite chapelle nous rassemble avant le village.

     

    je ne photo plus, papote au milieux.

    notre séparation se rapproche, on retarde les pas,

    Trop tôt encore pour finir d’être ensemble.

    pour une première rando de l'automne, elle est à l'image de la dernière

    Complète et sincère.

    -" ha je suis bien d'avoir fait la dernière en Dourbies , et celle ci en nouvelle saison"  heureuse Francine

     

    Un jour sombre et soleil,

    sec et pluvieux,

    Aux tendres verts, et profond rouge,

    un ciel tourmenté sur la terre neuve.

    Je garde cette dernière remarque

    la tête qui tourne, le corps qui prend un nouveau départ.

    Merci  à vous tous,

    merci au nouvelle-nouveaux pour leurs accompagnement naturel.

     

    à bientôt

    bizs

    Lolo

    « saison 2019-20 en depression je cherche mon cheminDu Vissou à la chapelle , un parcours dans les genets scorpions. »

  • Commentaires

    1
    Marie
    Lundi 5 Octobre 2020 à 22:11

    Merci pour ces belles images. Ca me fais bien raller de ne pas y être avec vous. Bientôt  .Peut-êtreyes

    Continu Lolo c'est super.

    2
    Jean-Luc
    Mardi 6 Octobre 2020 à 09:18

    Merci Lolo pour ces belles photos !!! A bientôt !!!

     

    3
    Mardi 6 Octobre 2020 à 12:01

    Cela me fait bien plaisir de suivre à nouveau tes aventures.

    Je me suis régalée de lire ce compte rendu, avec dans la tête, ton accent qui chante le soleil même sous la pluie....

    Magnifiques, ces rougiers

    A plus

    Bizous

     

    4
    Cécile
    Jeudi 8 Octobre 2020 à 09:15

    Réponse en musique bien sûr :

     
    C'est le temps des balades, le temps des bartas

    Et de l'aventuuuuuuure

    Quand Lolo dit tu viens, on ne pense à rien

    Malgré ses blessuuuuuuures

    Car le temps d'une rando, c'est long et c'est court

    Ça dépend des jours, et du GPS

     

    On se dit que cette fois, c'est sûr qu'on ira

    Et qu'éternellement, il y aura dans nos yeux tout le ciel

    bleu

     

    C'est le temps des balades, le temps des bartas

    Et de l'aventuuuuuuure

    Quand Lolo dit tu viens, on ne pense à rien

    Malgré ses blessuuuuuuures

    Car le temps d'une rando, ça vous met au cœur

    Beaucoup de chaleur

    Et de bonheur

    5
    Didier
    Jeudi 8 Octobre 2020 à 12:49

    Super rando, super photos et l'envie qui chatouille le ventre...
    Bises à vous deux.

    6
    Sarah
    Jeudi 8 Octobre 2020 à 12:54

    Merci Lolo 

    À tout bientôt alors  La bise

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :