• Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

    coucourou

    le 6 octobre 2019 , la sixième saison de marche débute .
    un challenge pour moi ,
    depuis juin ,
    avec des ombres grises dans la tête ,
    j’attends de renaître
    après le feu absurde allumé par l’entreprise ou je travail .
    Déglingué , vidé , laminé , ignoré , humilié ,
    mes sentiments étripés , coulent et s’étalent comme une douleur de sang .
    Je ne maîtrise rien , la tête sauve qui peu ,
    le corps tremble d’angoisses
    Immobile , le rien , un silence noir me suffit , mon présent arrête le temps .
    les ami e s s’inquiètent
    les proches ont peur ..
    J’avance grâce à vous tous ,
    trouve votre gentillesse , m’appuie sur votre aide salutaire,
    Petite chose après jolis truc , je redécouvre le plaisir de faire
    et je vois votre façon généreuse de m’accepter malade ..
    Cette saison commence comme une aventure périlleuse
    retrouver l’envie , la possibilité de construire au loin un bonheur futur .
    --“Faites ce qui vous plaisez avant , sortez , entourez vous des autres , rando , spéléo , repas , vélo ..” m’ordonnent les docteurs
    L’été passe vite , chaleureux et bienfaisant ..
    me laisse un goût de miel fleurit ,
    le mental semble sortir de sa léthargie,
    allons marcher ensemble sans souci ou peine,

    10 h matin surprise on sera 13 pour la scène

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Venu chercher le soleil de l’Hérault , nous voici au Valhiés , ...13 km pour 250 m de dénivelé .
    Au km 5 , une descente difficile pour atteindre la crique peu être évité en suivant le sentier qui rejoint la piste du dessus ..

    Trois voitures pleines de gens du 12 s’ouvrent sur le parking
    je retrouve la chaleur , par le soleil du sud
    et les yeux riant des ami e s.
    C’est un moment magique ..
    le corps se rappelle aux bon moments entre randonneurs .
    le mental reprend un élan de vie .

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    du monde de partout qui papote et s’agite , des chiens nombreux attendent sans rien dire ,
    le coin est occupé par une course de Canicross ..
    on sympathise facile , passe au milieu des gens comme des étrangers bienvenus .
    C’est simple , tranquille de se voir accepté
    les yeux rigoles les mains parlent ,
    je me sens léger comme un bonjour , qui survole sans crainte la rencontre de l’inconnu .
    je comprend le bien de ce jour ..tout ce que je peu en prendre ..
    alors je lâche les réflexions , pensées ou autre décision calculé
    l’esprit devient libre de vivre ses instincts originels

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    -“ attention , serrez vous !! coureur en vu “ se dit on a chaque concurrent
    chacun de nous avance en balade retrouvaille d’automne ..
    Plan- plan les histoires d’été traînent au bord du lac
    Qu’il est bon d’entendre ces paroles , je retrouve le groupe de marche
    disloqué en petit nombre , chacun raconte ,demande , donne et apprend.
    Les 13 sont là sans croyance , ni doute , juste brillant de joies.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    nombre de nous connaissent ces bordures ..
    on y revient avec bonheur , trouvant encore la nouveauté du lieu
    4 découvrent ..comme une évasion , ce coin de liberté .

    les couleurs impossibles , reflet précieux ,formes magiques , généreux soleil , l’eau envoûtante
    les arbres tenaces , les plantes parfum d’ambiance , ...

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    les rives sont tranquilles , la course passe sur le sentier balisé .

    alors on s’attarde
    tourne les criques , petites virée sauvage vraiment facile ..
    là je ressent la force de la volonté d’être soi ..
    prendre le temps qui est bon pour nous , sans se pousser à compter la montre ..
    j’avance si tranquille , que souvent un de nous ralentit encore les autres ..
    photo , pissou , ou papote ..et bien sur les clapotis du lac ..
    On rit de notre marche si lente ..
    tous vivent se moment comme facile et rare ..
    Rare que personne ne s’éloigne ,
    Rare que chacun attende
    Rare qu’il face si doux entre les gens
    Rare qu’on puisse dire se que l’on ressent
    Rare qu’on partage un temps , comme un amour ..
    Serait ce ma maladie qui me rend si clairvoyant , au point de percevoir tous ces liens qui nous attachent à se lac ..?

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    les 13 s’étirent au courbe de la terre ..
    l’impression d’être sauvage fait dire des blagues
    la mémoire me lâche ,le souvenir des mots est impossible , il me reste juste les rires .

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    -“ cette année , j’ai plus faim “..impose Brigitte avec nouveauté
    chacun commente la nouvelle mode avec faire-plait .
    du coup on avance bien après l’heure ..jusqu’à descendre à la crique des pirates ..

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    le repas s’installe sur la plage ..
    corsaire fraîchement arrivés , nous voila protéger du monde

    apéro , partage ..et dessert
    chacun est bien , la pose enracine notre amitié .
    c’est une évidence ou quand il manque une part ..il en reste 3
    j’aime ces comptes gentil ou chacun s’assure que l’autre profite au mieux ..

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    un chant d’anniversaire résonne pour Alain ..
    puis les belles grimpent avec l’aide des braves ..

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    -“ le poirier à feuille d’amandier “ montre Mireille ..
    petits fruit au premier goût de poire sucré , mais au deuxième goût astringent jusqu’au dent..

    -“ wouha , j’ai les dents couvertes de papier de verre “ je lui bafouille après en avoir goutter une .
    on discute tannin , plante et protection .

     

     

    Poirettes sauvages et roulement à billes

    Durant cette rando, nous avons eu la chance de voir en abondance un petit arbre plutôt discret sur les causses,

    où certes on peut le trouver, mais jamais en grande quantité, et rarement avec d’aussi beaux sujets que ceux observés au Salagou.

    Ce fruitier sauvage, c’est le poirier à feuilles d’amandier.

    Tout d’abord, il ne manque pas de piquant, certains de ces rameaux étant de véritables aiguilles...

    sans doute dissuasives pour les herbivores qui voudraient le croquer tout cru.

    Les botanistes ont d’ailleurs décidé de ne plus l’appeler Poirier à feuilles d’amandier, mais Poirier épineux (« P. spinosa »).

    Mais ce qui attire surtout le promeneur à cette période de l’année, c’est la débauche de petites « poirettes »

    pendues à ses branches, et qui passent progressivement du vert terne à un jaune bronze des plus attirants.

    Alors l’Homo Sapiens en baskets se dit « Tiens, si on goûtait ? ».

    Il goûte effectivement, mais ....

    la suite est racontée par l’ami Pascal (je résume ses propos)

    « Tu vois , la salive, c’est comme des petites billes qui glissent les unes sur les autres....

    mais quand tu manges quelque chose de très astringent, les billes deviennent en quelque sorte « carrées »

    et tu n’as plus les mêmes sensations, ça t’assèche complètement la bouche ».

    Comprenez : celui qui goûte les poirettes les recrache vite fait et met quelques minutes à retrouver l’intégrité de ses papilles !

    Rendons tout de même hommage à ce poirier sauvage parfaitement adapté à une vie en milieu chaud et sec…

     

    Il est long, mon toppo, je me suis lâchée !

     

    j'ai moins de scrupules : les personnes intéressées le liront, les autres passeront...

    Bisous Mireille

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    km 6 , on passe une carrière creusé dans un ancien volcan ..
    et nous voila en haut sur le plateau de l’auverne.
    des pécheurs entre dans notre crique pirates ..

    le lac dégage les collines de ruffes
    le pays respire au calme , le vent du nord chante avec les arbres .

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    km 7 ...on voit une pyramide dans la vigne !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    une Capitelle en basalte ..construite en étage ..

    étrange pour nous , surpris du travail
    elle est magnifique ..
    On médite à trois poser sur les pierres ..
    nos ami e s discutent avant la sieste ,
    puis un autre groupe rentre dans l’édifice
    leurs paroles nous touchent le dos ,
    je suis dans le moment , entouré de mots , du vent , de lumière
    la peau sensible aux sons étouffés par la pierre ,
    le corps détendu sans crainte
    la tête droite ,flotte dans la paix comme un nuage solitaire ..

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    et puis ..le plateau devient marche botanique ..

    les fleurs d’automne sont partout
    Mireille nous raconte des histoires de pâquerettes hautes ..
    et une ombellifère étrange .

     

    C’est Zélie, l’avez-vous vue ?

    Comment trouver un moyen mnémotechnique pour se souvenir du nom des plantes ?

    Zélie, cela m’évoque une charmante stagiaire rencontrée au travail il y a peu.

    Et pour vous, peut-être une connaissance dans votre entourage ?

    Ce prénom peut en tout cas aider à « encaper » le nom de cette plante de la famille des ombellifères rencontrée lors de notre balade

    – une plante que l’on ne voit pas chez nous sur le Causse –

    et qui est le : « Séseli tortueux » (en attendant, c’est nos méninges qu’on va « torturer » !!!)

    Avec son port en boule compacte, ses minuscules fleurs blanches ou rosées,

    ses rameaux raides, son feuillage couleur poireau découpé en fines lanières...

    ce cousin de la carotte et du fenouil à la silhouette très reconnaissable est au mieux de sa forme dans les milieux secs et ensoleillés,

    comme ici au Salagou, au pied des vignes et des capitelles

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    on avance les narines ouvertes ...

    une odeur de miel fleurie , est adorable ..
    elle se répand au dessus des salsepareille en fleurs
    incroyable , la richesse de se parfum

    on rit comme des Schtroumpfs

     

     

    Salsepareille : on va vous schtroumpfer une boisson d’enfer !

    Avec ses piquants (elle en a partout) , et ses vrilles préhensiles,

    la salsepareille est une sacrée « accrocheuse »,

    qui, lorsqu’elle ne trouve pas de support pour monter au ciel, peut tout aussi bien s’étaler en tapis de sol modèle « fakir ».

    Le promeneur avisé la repère de loin et se garde de l’approcher de trop près.

    Pourtant, en ce début octobre, la salsepareille nous réserve une surprise,

    nous attirant à elle grâce à la délicieuse senteur de ses grappes de fleurs blanches.

    Les abeilles aussi sont au rendez-vous, faisant provision de nectar...

    Une fois les fruits formés (petites baies rouges pas consommables pour l’homme), ce sont les oiseaux qui prendront part au festin.

    A ce tableau ne manqueront plus que les Schtroumpfs, friands de cette plante, à ce qu’il paraît...

    Et le promeneur-cueilleur, dans tout ça ? Bredouille ?

    Eh bien non, car la «littérature» nous enseigne une recette (à classer au rang des savoirs en perdition ?)....

    Ah, ah ! les petits hommes bleus n’ont qu’à bien se tenir, on va leur montrer de quelle gnôle on se schtroumpfe.

    La recette est donnée par l’ethnobotaniste Pierre Lieutaghi :

    « Mises à macérer dans l’eau de vie, alcoolat que l’on coupe ensuite de 1 à 1,5 fois son volume de sirop,

    selon les goûts, les fleurs font une liqueur délicate...».

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    ha voici une cousine ...de la mente le ...je sais plus mais Mireille complétera

     

    Quand un nom se dérobe…

    Une odeur qui titille vos narines en évoquant un parfum de menthe, mais en plus costaud,plus « rustique ».

    Une myriade de petites fleurs bleu-violet très clair.

    Une manne pour les abeilles, qui viennent faire provision de nectar tout l’automne,

    la belle ayant l’habitude de rester fleurie de la fin de l’été jusqu’aux premières gelées.

    Enfin, un nom à coucher dehors (ce qu’elle fait, d’ailleurs),

    et que les promeneurs de la bande à Lolo n’arrivent pas à « encaper ».

    Elle est finalement trop mal connue, cette petite « Calament Nepeta » aux grandes qualités.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    par contre je me rappelle bien de la verge dorée ..
    c’est drôle la mémoire ..

     

    Déception pour les nouveaux adeptes de la botanique

    Presque arrivés aux voitures, nous nous arrêtons devant cette belle plante aux mille soleils.

    N’ayant pas de flore sous la main, je me risque à pronostiquer une « verge d’or » (sans certitude toutefois).

    La réaction des hommes du groupe est immédiate, tous se prennent soudain d’un intérêt du plus haut niveau pour la botanique…

    Je vous passe (car le Blog de Lolo peut tomber dans toutes les mains...)

    les extrapolations (peu orthodoxes, sur le plan botanique) auxquelles ces messieurs se sont livrés…

    La morale de cette histoire ? ! C’est que nous aurons sans doute perdu plusieurs néo-convertis à la botanique :

    la belle ensoleillée n’est finalement pas une verge d’or, mais une de leur cousine.

    C’est l’inule visqueuse, au nom peu poétique, mais néanmoins approprié,

    car les tiges et les feuilles de cette plante sont plutôt du genre « collantes ».

    Autre point pour la reconnaître : elle dégage une senteur aromatique moyennement agréable, mais nettement marquée.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    et l’épine du christ ..au graine chinoise ..

    Couronne d’épine et chapeau chinois

    Et voilà encore un arbuste typique « du Midi », flanqué de redoutables épines,

    certaines vers le haut, d’autres à l’horizontal, dans un sens, mais aussi dans l’autre...

    Il fleurit en petites étoiles jaunes au mois de mai, puis porte des fruits secs entourés d’une « aile »,

    qui ont une allure de petite soucoupe volante, ou encore de chapeau chinois.

    Les jeunes rameaux particulièrement flexibles du « paliure »

    (puisque c’est lui dont il s’agit) auraient-ils servi à confectionner la couronne d’épine du Christ ?

    Toujours est-il que son nom latin est Paliurus Spina-Christi, ou Paliure épine du Christ.

    Le groupe s’est entraîné à retenir le nom, et « Spina Christi »s’est finalement transformé en « sacristie »...

    Bon, c’était pas trop mal, on restait dans le même registre... !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    fini le plateau , on redescend au bord du lac

    traverse les Valhiés ..

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des Vailhés à Auverne 13 km à 13

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    amoureux du jour , on quitte se paradis


    les 13 se séparent

    je ne sais pas pourquoi la lumière brille sur l’eau
    comme elle sort des regards gentils
    je ne sais pas pourquoi la vie colore en beau
    les jours qui chante entre ami e s ..
    mais je sais , que se jour sonne ..
    comme le carillon d’un printemps nouveau
    une vie qui ne prend plus mais qui se donne ..


    voici mon histoire , que je me rappelle
    du lac du Salagou
    la saison commence

    à bientôt
    bizs
    lolo

     

     

     

    « La crête des Grands Vans le Causse Rouge et la petite Muse »

  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Octobre à 21:17

    Et bien tu l'as fait ce compte rendu ! Un grand bravo.

    Une belle balade au Salagou qui marque le début de la saison rando...

    Le feuilleton reprend pour notre plus grande joie.

    A mardi prochain.

    Bizzsssss

    Faustine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :